COMBourse calcule en temps réel le TOP des Sociétés les plus citées sur le Web COMBourse - Analyse graphique de l'actualite, des actions et des societes
RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :
Source : Globenewswire.com - il y a 585 jour(s) - 9 Vues

REXEL : RESULTATS DU 1er SMESTRE 2019

 


RESULTATS DU 1er SEMESTRE 2019
PROGRESSION DES VENTES DE 2,4% AU T2 2019 A NOMBRE DE JOURS CONSTANT
EBITA AJUSTÉ EN HAUSSE DE 2,0% AU S1 2019, EN LIGNE AVEC NOS ANTICIPATIONS
CONFIRMATION DES OBJECTIFS 2019


→ VENTES DE 3 484 Mds€ AU T2

  • En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes sont en hausse de 2,4% dont :
    • Europe : -0,9%, ou en progression de 1,7% ajustées des fermetures d’agences en Allemagne et en Espagne
    • Amérique du Nord : 6,8%, soutenues par les projets aux États-Unis et au Canada
    • Asie-Pacifique : 3,4%, ou en progression de 4,5% retraitées de l’impact de la cession en Australie
  • En données comparables et à nombre de jours courant, les ventes sont en hausse de 1,8%, incluant un effet calendaire de -0,6% et un effet cuivre de -0,2%
  • En données publiées, les ventes progressent de 3,3%, incluant des effets de change ( 1,8%) et de périmètre (-0,3%)

→ EBITA AJUSTÉ EN PROGRESSION DE 2,0% AU S1 19 MALGRÉ UN EFFET CALENDAIRE DÉFAVORABLE, QUI S’INVERSERA AU S2 

→ RÉSULTAT NET EN PROGRESSION DE 70,6% AU S1 19 ET RÉSULTAT NET RÉCURRENT EN HAUSSE DE 9,6%

→ OBJECTIFS ANNUELS CONFIRMÉS

Chiffres clés1   T2 2019Variation S1 2019Variation3
Ventes  3 484,4M€ 6 799,5M€ 
En données publiées    3,3%  3,7%
En données comparables et à nombre de jours courant    1,8%  1,9%
En données comparables et à nombre de jours constant    2,4%  2,7%
EBITA ajusté²    319,2M€ 2,0%
En pourcentage des ventes    4,7% 
Variation en points de base2     0 bps 
EBITA publié    319,6M€ 5,3%
Résultat opérationnel    290,1M€ 23,9%
Résultat net     163,9M€ 70,6%
Résultat net récurrent    167,7M€ 9,6%
FCF avant intérêts et impôts     (17,3)M€(32,9)M€
Dette nette en fin de période    2 172,6M€Hausse de 3,8%

1 Cf. définition dans la section “Glossaire” de ce document ; 2 A périmètre et taux de change constant et en excluant (i) l’amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l’affectation du prix des acquisitions et (ii) l’effet non-récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre 3 S1 2018 retraité des impacts IFRS 16


Patrick BERARD, Directeur Général, a déclaré :

« Je suis satisfait de la solide performance semestrielle de REXEL, avec la poursuite de la croissance organique des ventes dans la majorité de nos marchés clés et une amélioration de notre profitabilité, en ligne avec nos anticipations. Ceci marque le 11ème trimestre consécutif de croissance organique des ventes, démontrant que REXEL a renoué avec une croissance durable.

Durant ce semestre, REXEL a prouvé sa capacité à s’ajuster rapidement pour faire face à des vents contraires, tant sur le plan macro-économique que sur certains marchés spécifiques.

Cette flexibilité opérationnelle accrue me donne confiance dans notre capacité à atteindre nos objectifs 2019, grâce notamment à notre focalisation sur l’amélioration de notre levier opérationnel et à la poursuite de notre transformation numérique ».



 ANALYSE DES RESULTATS AU 30 JUIN 2019


  • Les états financiers, au 30 juin 2019, ont été arrêtés par le Conseil d’Administration qui s’est tenu le 29 juillet 2019. Ils ont fait l’objet d’une revue limitée par les commissaires aux comptes.
  • Les états financiers au 30 juin 2018 ont été retraités des effets des changements de principes comptables consécutivement à l’adoption de la norme IFRS 16 « Locations » : les effets de l’adoption d’IFRS 16 et les chiffres retraités pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 sont présentés dans la note 3.2.1.1 des états financiers consolidés intérimaires résumés au 30 juin 2019.
  • Les termes suivants : EBITA publié, EBITA ajusté, EBITDA, Résultat net récurrent, Free cash-flow ou Flux net de trésorerie disponible et Endettement financier net sont définis dans la section « Glossaire » de ce document.
  • Sauf mention contraire, tous les commentaires sont faits en base comparable et ajustée et, pour ce qui concerne le chiffre d’affaires, à nombre de jours constant.

VENTES

Au 2ème trimestre, les ventes ont enregistré une hausse de 3,3% en données publiées et une hausse de 2,4% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant une bonne dynamique de la tendance des ventes aux Etats-Unis, en Chine et dans nos pays clés européens

Au 2ème trimestre, REXEL a enregistré des ventes de 3 484,4M€, en hausse de 3,3% en données publiées, incluant :

  • Un effet de change positif de 61,9M€ (soit 1,8% des ventes du T2 2018), principalement lié à l’appréciation du dollar américain par rapport à l’euro ;
  • Un effet de périmètre net négatif de 11,2M€ (soit -0,3% des ventes du T2 2018), résultant des récentes cessions en Chine ;
  • Un effet calendaire négatif de 0,6 points.

En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont progressé de 2,4%, incluant un effet négatif lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre (-0,2% au T2 19 vs 0,7% au T2 18)

Au 1er semestre, REXEL a enregistré des ventes de 6 799,5M€, en hausse de 3,7% en données publiées. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes progressent de 2,7%, incluant un effet défavorable de 0,3% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre.

La hausse de 3,7% des ventes en données publiées inclut :

  • Un effet de change positif de 138,0M€ ( 2,1% des ventes du S1 2018), principalement lié à l’appréciation du dollar américain contre l’euro ;
  • Un effet de périmètre net négatif de 23,3M€ (-0,4% des ventes du S1 2018), résultant des cessions réalisées en 2018 en Chine ;
  • Un effet calendaire négatif de 0,8 points.

Europe (52% des ventes du Groupe) : -0,9% au T2 et -0,2% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Europe ont diminué de 1,5% en données publiées, avec des effets non-matériels de change et de périmètre. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont baissé de 0,9% (ou 1.7% retraitées des fermetures d’agences en Allemagne et en Espagne).

  • Les ventes en France (38% des ventes de la région) ont progressé de 2,6%, malgré un effet de base défavorable, portées par une demande bien orientée dans nos métiers de projets, de résidentiel et de spécialités (HVAC) ;
  • Les ventes en Scandinavie (13% des ventes de la région) ont enregistré une croissance de 1,7%, avec une bonne dynamique en Suède, en hausse de 5,0% portée par les grands installateurs qui ont plus que compensé la baisse d’activité dans le marché résidentiel. La Norvège est en baisse de 3,5% et la Finlande reste stable ;
  • Le Benelux (11% des ventes de la région) a affiché une croissance solide de 12,1%, avec une bonne dynamique en Belgique, en hausse de 10,3% grâce notamment à la progression des ventes d’équipements photovoltaïques (contribution de 2,0%) et l’acquisition, en juillet 2018, d’une agence dans la région de Courtrai (contribution de 2,3%). Les Pays-Bas progressent de 14,6% ;
  • Au Royaume-Uni (10% des ventes de la région) les ventes ont diminué de 8,2%, en raison d’une sélectivité des affaires plus importante (impact de -7,6%) ainsi qu’à la fermeture d’agences (-2,4% de contribution – 30 fermetures d’agences dont 13 en 2019) ;
  • Les ventes en Allemagne (9% des ventes de la région) sont en baisse de 21,7%, en raison de la transformation initiée dans le pays afin de recentrer les ventes sur des activités rentables (segment industriel au niveau national et installateurs dans le sud du pays). Retraitées des 17 fermetures d’agences, les ventes sont globalement stables ;
  • En Suisse (6% des ventes de la région), les ventes ont progressé de 1,6% dans un environnement qui demeure concurrentiel.

Amérique du Nord (39% des ventes du Groupe) : 6,8% au T2 et 7,6% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Amérique du Nord sont en hausse de 12,1% en données publiées, intégrant un effet de change positif de 63,8 M€ (principalement dû à l’appréciation du dollar américain par rapport à l'euro). En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes progressent de 6,8%, tirées par les Etats-Unis et le Canada.

  • Aux États-Unis (79% des ventes de la région), les ventes ont progressé de 7,0%, malgré un effet de base plus difficile, confirmant notre capacité à capter la croissance du marché et à gagner des parts de marché dans des régions spécifiques. 
    • Au cours du trimestre, les marchés résidentiels et commerciaux progressent entre 7% et 9%
    • L’activité industrielle ralentit à cause d’une moindre demande et d’un effet de base plus difficile
    • Une contribution positive des investissements passés en ressources humaines, en ouvertures d’agences et en renouvellement des agences existantes
      • Investissements en ressources humaines : 5% comparé à l’année dernière
      • Investissements en ouvertures d’agences :
        • 54 nouvelles agences/comptoirs depuis 2017, incluant 6 ouvertures au S1 2019 contribuant pour 1,0% à la croissance des ventes ;
      • 29% du réseau existant a été rafraichi depuis 2016
  • Au Canada (21% des ventes de la région), les ventes sont en hausse de 6,3% en données comparables et à nombre de jours constant, principalement tirées par une forte demande des industriels et grâce aux initiatives dans notre métier de proximité (harmonisation de notre plan d’offre « cœur de métier » à travers le pays).

Asie-Pacifique (9% des ventes du Groupe) : 3,4% au T2 et 0,8% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Asie-Pacifique ont baissé de 2,2% en données publiées, incluant un effet de périmètre négatif de 11,2M€ résultant de la cession de nos activités en Chine, et un effet de change négatif de 2,3M€ en raison de la dépréciation du dollar australien face à l’euro. A données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont progressé de 3,4% (ou de 4,5% retraitées de l’impact de la cession d’une partie de notre activité industrielle en Australie en fin avril 2018)

  • Dans le Pacifique (50% des ventes de la région), les ventes sont stables en données comparables et à nombre de jours constant. En Australie (81% du Pacifique), les ventes ont reculé de 0,5% mais sont en hausse de 2,1% retraitées de la cession d’actif, surperformant le marché. Alors que les marchés résidentiel et commerciaux ralentissent, notre activité bénéficie de la demande en infrastructures et du secteur minier (investissements et maintenance).
  • En Asie (50% des ventes de la région), les ventes progressent de 7,0% :
    • En Chine (85% de l'Asie), les ventes ont progressé de 10,1% tirées par un contrat important (10,6M€) qui a contribué positivement aux ventes depuis le début de l’année. Le recentrage sur des marchés porteurs est en cours et montre des signes positifs ;
    • Le Moyen-Orient est en baisse de 41,3% à cause d’un projet important qui avait profité au T2 2018 ( 6,7M€).

PROFITABILITÉ

Marge d'EBITA ajusté de 4,7% au S1 2019, stable comparée au S1 2018

Au 1er semestre, la marge brute est en hausse de 11 points de base par rapport à l’année précédente, s'établissant à 25,0% des ventes et les opex (y compris amortissements) ont représenté 20,3% des ventes, soit une détérioration de 11 points de base d'une année sur l'autre.

  • En Europe, la marge brute s'est établie à 27,4% des ventes, en hausse de 32 points de base par rapport à l'année précédente, grâce à la France ainsi qu’à la réorganisation en Allemagne. Durant le semestre, nos frais administratifs et commerciaux (amortissements inclus) se sont détériorés de 23 points de base s’élevant à 21,4% des ventes, en raison notamment des investissements et de l’inflation des coûts, qui sera neutralisée par des gains de productivité.  
  • En Amérique du Nord, la marge brute s'est établie à 23,1% des ventes. Cela a représenté une amélioration de 4 points de base par rapport à l'année précédente, grâce notamment à nos initiatives passées et à l’amélioration de notre service, partiellement neutralisé par un décalage pour répercuter dans les prix les hausses de tarifs douaniers. Les opex (amortissements inclus) se sont légèrement améliorés ( 4 points de base) à 19,0% des ventes avec un effet volume favorable en partie neutralisé par l’inflation des salaires et des coûts de transport ainsi qu’aux investissements en ressources humaines.
  • En Asie-Pacifique, la marge brute s'est établie à 18,3% des ventes, une détérioration de 29 points de base par rapport à l'année précédente, et les opex (amortissements inclus) se sont également détériorés de 41 points de base, s’expliquant notamment par la cession de notre activité Rockwell en Australie en avril 2018. Les opex ont également été impactés par l’inflation des salaires en Chine et en Inde.
  • Au niveau de la Holding, les opex s’élèvent à 12,9 millions d’euros, contre 13,0 millions d’euros il y a un an, principalement en raison des investissements additionnels en IT et en digital compensés par une baisse des coûts de siège.  

En conséquence, l'EBITA ajusté s'est établi à 319,2M€, en hausse de 2,0% au premier semestre 2019.

La marge d’EBITA ajusté s’est stabilisée à 4,7% du chiffre d’affaires, reflétant :  

• une amélioration de 9 bps de la marge d'EBITA ajusté en Europe à 5,9% des ventes, 

• une marge d'EBITA ajusté en hausse de 8 bps en Amérique du Nord à 4,1% des ventes et,

• une contraction de 69 bps de la marge d'EBITA ajusté en Asie-Pacifique à 1,7% des ventes.

Au S1 19, l’EBITA publié s’est élevé à 319,6M€ (incluant un effet non récurrent du cuivre positif de 0,4M€), en hausse de 5,3% d’une année sur l’autre.

RÉSULTAT NET

Résultat net à 163,9M€ au S1 2019, en hausse de 70,6%

Résultat net récurrent en hausse de 9,6% à 167,7M€ au S1 2019

Le bénéfice d'exploitation au 1er semestre s’est établi à 290,1M€, contre 234,1M€ au S1 2018.

  • L’amortissement des actifs incorporels résultant de l'allocation du prix d'acquisition s’est élevé à 7,1M€ (contre 8,3M€ au S1 2018) ;
  • Les autres produits et charges ont représenté une charge nette de 22,4M€ (contre une charge nette de 61,1M€ au S1 2018). Ils comprenaient 13,5M€ de coûts de restructuration (contre 59,0M€ au S1 2018). Les autres produits et charges comprenaient également une charge de 9,3M€ dû à la dépréciation des immobilisations incorporelles en Finlande.

Les charges financières nettes au 1er semestre se sont élevées à 93,6M€ (contre 72,5M€ au S1 2018).

Retraitées de frais exceptionnels de 20,8M€ (dont 16,9M€ de primes de remboursement comptabilisés au premier semestre) liés au coût de remboursement anticipé de l’obligation de 650M€ remboursables en 2023, les charges financières sont stables avec un taux d’intérêt effectif inchangé de 2,81% (vs 2,84% au 1er semestre 2018).

L’impôt sur le résultat a représenté une charge de 32,6M€ au S1 2019 (contre 65,5M€ au S1 2018 retraité de l’impact d’IFRS 16), reflétant une baisse du taux d’impôt (16,6% vs 40,5% au S1 2018) principalement dû à la reprise de provision d’impôts de 29,5M€.

Le résultat net du 1er semestre a augmenté de 70,6% à 163,9M€ (contre 96,1M€ au S1 2018).

Le résultat net récurrent s’est élevé à 167,7M€ au S1 2019, en hausse de 9,6% par rapport à l’année précédente (voir annexe 3).

STRUCTURE FINANCIERE

Free cash-flow avant intérêts et impôts négatif de 17,3M€ au S1 2019

Le ratio d’endettement s’élève à 2,86x au 30 juin 2019

Au 1er semestre, le free cash-flow avant intérêts et impôts a été un flux négatif de 17,3M€ (contre un flux positif de 15,6M€ au S1 2018). Ce flux net comprenait :

  • Une hausse des dépenses de la trésorerie (28,7M€ vs 18,8M€ au S1 2018) avec la mise en œuvre des plans de restructuration en Allemagne et en Espagne
  • Un flux négatif de 270,5M€ dû à la variation du besoin en fonds de roulement (contre un flux négatif de 249,1M€ au S1 2018) principalement liée aux règlements fournisseurs.  
  • Une hausse des dépenses d’investissement (53,5M€ vs 30,2M€ au S1 2018) en raison de la cession de l’activité industrielle Rockwell en Australie qui avait bénéficié au S1 2018. Les dépenses brutes d’investissement se sont élevées à 55,9M€ au S1 2019 contre 48,5M€ au S1 2018 ;

Au 30 juin 2019, la dette nette s’est établie à 2 172,6M€, en hausse de 3,8% par rapport à l’année précédente (elle était de 2 093,7M€ au 30 juin 2018).

Elle prenait en compte :

  • 44,4M€ de frais financiers nets versés sur le semestre (contre 41,3M€ au S1 2018),
  • 62,5M€ d'impôt sur le revenu versé sur le semestre contre 24,0M€ au S1 2018, qui avait bénéficié du remboursement de 2017 provenant du surplus d’acompte payé en France (22M€) ainsi que du remboursement de 8M€ suite à la décision relative à la taxe de 3% sur les dividendes
  • 20,8M€ de coûts relatifs au refinancement anticipé de l’obligation 2023 de 650M€
  • 8,4M€ d'effets de change défavorables sur le semestre (contre un effet négatif de 9,7M€ au S1 2018)

Au 30 juin 2019, le ratio d’endettement (dette financière nette / EBITDA), calculé selon les termes du contrat de crédit Sénior, s’est établi à 2,86x vs 2,91x au 30 juin 2018

MODIFICATION DE REPORTING

AU S1 2019, et pour la première fois, REXEL a appliqué les normes comptables IFRS 16, avec les chiffres comparables du S1 2018.

En année pleine, les impacts sur nos chiffres de 2018 sont les suivants :

  • Hausse des « obligations locatives » de 933M€ au Bilan
  • Hausse de la marge d’EBITDA de 147 points de base
  • Hausse de la marge d’EBITA de 24 points de base
  • Baisse du Free cash-flow avant intérêts et impôts de 6M€
  • Baisse de 11M€ du revenu net récurrent.

Cette évolution n’affectera pas la flexibilité financière de REXEL car le calcul du ratio d’endettement, selon RCFA, ne tiendra pas compte de la norme IFRS 16.

PERSPECTIVES

 

Nous nous adaptons pour devenir un acteur plus agile et faire face à un environnement plus volatile. L’objectif de REXEL est désormais de porter son attention sur l’amélioration de son levier opérationnel tout en continuant sa transformation digitale. Combinée à un effet calendaire positif au second semestre, cette focalisation nous met sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs annuels.

Conformément à notre ambition à moyen-terme, et en prenant l’hypothèse d’un environnement macroéconomique globalement inchangé, nous visons pour 2019, à périmètre et taux de change comparables :
une croissance des ventes à nombre de jours constant comprise entre 2% et 4%, hors effet défavorable de 1% provenant des fermetures d’agences en Allemagne et en Espagne ;
une croissance de l'EBITA1 ajusté comprise entre 5% et 7% ;
• la poursuite de l’amélioration du ratio d'endettement (dette nette / EBITDA2).

1 En excluant (i) l’amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l’affectation du prix des acquisitions et (ii) l’effet non-récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre. A périmètre comparable et change moyen 2018, nous estimons un impact de €1 million sur notre EBITA ajusté 2019.

2 Calculé selon les termes du contrat de crédit Senior

NB : Les impacts estimés par trimestre (i) des effets calendaires par géographie, (ii) des variations de périmètre de consolidation et (iii) des effets de change (fondés sur des hypothèses de taux moyens sur le reste de l’année pour les principales devises du Groupe) sont présentés en détail en annexe 6.

CALENDRIER


17 octobre 2019                               Résultats des ventes du 3ème trimestre


INFORMATION FINANCIERE

Le rapport financier au 30 juin 2019, est disponible sur le site web de REXEL (www.rexel.com) dans la rubrique «Information réglementée » et a été déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.
Une présentation des ventes du 2ème trimestre et des résultats du 1er semestre est également disponible sur le site web de Rexel.

AU SUJET DU GROUPE REXEL

 

Rexel, expert mondial de la distribution professionnelle multicanale de produits et services pour le monde de l’énergie, est présent sur trois marchés résidentiel, tertiaire et industriel. Le Groupe accompagne ses clients pour leur permettre de gérer au mieux leurs activités en leur offrant une gamme adaptée et évolutive de produits et services de maîtrise de l’énergie pour la construction, la rénovation, la production et la maintenance.
Présent dans 26 pays, à travers un réseau de près de 2 000 agences, REXEL compte près de 27 000 collaborateurs. Son chiffre d'affaires a atteint 13,37 milliards d’euros en 2018.
Rexel est coté sur le marché Eurolist d’Euronext Paris (compartiment A, symbole RXL, code ISIN FR0010451203) et figure dans les indices suivants : SBF 120, CAC Mid 100, CAC AllTrade, CAC AllShares, FTSE EuroMid, STOXX600. REXEL fait également partie des indices ISR suivants : FTSE4Good, STOXX® Global ESG Leaders, Ethibel Sustainability Index Excellence Europe, Euronext Vigeo Eiris Eurozone 120 Index et du Dow Jones Sustainability Index Europe, grâce à sa performance en matière de responsabilité sociale d’entreprise.
Pour plus d’information : www.rexel.com


CONTACTS

ANALYSTES FINANCIERS / INVESTISSEURS

Ludovic DEBAILLEUX 33 1 42 85 76 12ludovic.debailleux@rexel.com
   

PRESSE

Brunswick: Thomas KAMM 33 1 53 96 83 92tkamm@brunswickgroup.com

 


GLOSSAIRE


L’EBITA PUBLIE (Earnings Before Interest, Taxes and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l’affectation du prix des acquisitions et avant autres produits et charges.

L’EBITA AJUSTE est défini comme l’EBITA retraité de l’estimation de l’effet non récurrent des variations du prix des câbles à base de cuivre.

L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissements et avant autres produits et charges.

LE RESULTAT NET RECURRENT est défini comme le résultat net ajusté de l’effet non récurrent du cuivre, des autres produits et autres charges, des charges financières non récurrentes, déduction faite de l’effet d’impôt associé aux éléments ci-dessus.

LE FREE CASH-FLOW ou FLUX NET DE TRÉSORERIE DISPONIBLE est défini comme la variation de trésorerie nette provenant des activités opérationnelles, diminuée des investissements opérationnels nets.

L’ENDETTEMENT FINANCIER NET est défini comme les dettes financières diminuées de la trésorerie et des équivalents de trésorerie. La dette nette inclut les dérivés de couverture.

ANNEXES

Pour consulter les annexes, merci d'ouvrir le fichier pdf en pièce jointe.

AVERTISSEMENT


Du fait de son activité de vente de câbles, le Groupe est exposé aux variations du prix du cuivre. En effet, les câbles constituaient environ 14% du chiffre d'affaires du Groupe et le cuivre représente environ 60 % de leur composition. Cette exposition est indirecte dans la mesure où les prix des câbles sont également dépendants des politiques commerciales des fournisseurs et de l'environnement concurrentiel sur les marchés du Groupe. Les variations du prix du cuivre ont un effet estimé dit « récurrent » et un effet estimé dit « non récurrent » sur la performance du Groupe, appréciés dans le cadre des procédures de reporting interne mensuel du Groupe REXEL :

- l'effet récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre correspond à l'effet prix lié au changement de valeur de la part de cuivre incluse dans le prix de vente des câbles d'une période à une autre. Cet effet concerne essentiellement le chiffre d'affaires du Groupe

- l'effet non récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre correspond à l'effet de la variation du coût du cuivre sur le prix de vente des câbles entre le moment où ceux-ci sont achetés et celui où ils sont vendus, jusqu'à complète reconstitution des stocks (effet direct sur la marge brute). En pratique, l'effet non récurrent sur la marge brute est déterminé par comparaison entre le prix d'achat historique des câbles à base de cuivre et le tarif fournisseur en vigueur à la date de la vente des câbles par le Groupe Rexel. Par ailleurs, l'effet non récurrent sur l'EBITA correspond à l'effet non récurrent sur la marge brute qui peut être diminué, le cas échéant, de la part non récurrente de la variation des charges administratives et commerciales.

L’impact de ces deux effets est évalué, dans la mesure du possible, sur l'ensemble des ventes de câbles de la période par le Groupe. Les procédures du Groupe REXEL prévoient par ailleurs que les entités qui ne disposent pas des systèmes d'information leur permettant d'effectuer ces calculs sur une base exhaustive doivent estimer ces effets sur la base d'un échantillon représentant au moins 70 % des ventes de la période, les résultats étant ensuite extrapolés à l'ensemble des ventes de câbles de la période par l’entité concernée. Compte tenu du chiffre d'affaires couvert, le Groupe REXEL considère que l’estimation de l’impact de ces deux effets ainsi mesurée est raisonnable.

Ce document peut contenir des données prévisionnelles. Par leur nature, ces données prévisionnelles sont soumises à divers risques et incertitudes (y compris ceux décrits dans le document de référence enregistré auprès de l'AMF le 3 avril 2019 sous le n° D.19-0264). Aucune garantie ne peut être donnée quant à leur réalisation. Les résultats opérationnels, la situation financière et la position de liquidité de REXEL pourraient différer matériellement des données prévisionnelles contenues dans ce communiqué. REXEL ne prend aucun engagement de modifier, confirmer ou mettre à jour ces prévisions dans le cas où de nouveaux événements surviendraient après la date de ce communiqué, sauf si une réglementation ou une législation l'y contraint.

Les données de marché et sectorielles ainsi que les informations prospectives incluses dans ce document ont été obtenues à partir d’études internes, d’estimations, auprès d’experts et, le cas échéant, à partir d’études de marché externes, d’informations publiquement disponibles et de publications industrielles. REXEL, ses entités affiliées, dirigeants, conseils et employés n’ont pas vérifié de manière indépendante l’exactitude de ces données de marché et sectorielles ou de ces informations prospectives, et aucune déclaration et garantie n’est fournie relativement à ces informations et informations prospectives, qui ne sont fournies qu’à titre indicatif.

Ce document n’inclut que des éléments résumés et doit être lu avec le Document de Référence de REXEL, déposé auprès de l’AMF le 3 avril 2019 sous le n°D.19-0264, ainsi que les états financiers consolidés et le rapport de gestion pour l’exercice 2018, disponibles sur le site internet de REXEL (www.rexel.com).

                                             

Pièce jointe



Mardi 30 juillet 2019, 08h30 - Source Globenewswire.com   LIRE LA SUITE
18h05

TELEVERBIER : RÉSULTATS ANNUELS 2019/2020

20h04

CAFOM : Résultats de l'exercice 2019-2020

19h00

GROUPE PARTOUCHE : Résultats annuels 2019/2020

18h05

ECOMIAM : Résultats annuels 2019/20

18h05

GEA : Résultats annuels 2019/2020

20h05

FOUNTAINE PAJOT : RÉSULTATS ANNUELS 2019/20

13h01

WPP retraite ses résultats 2017-2019, résultats et dette pas affectés

18h00

Résultats de l’exercice 2019-2020

19h00

RESULTATS S1 2020-21 : PROGRESSION DE 38.8% DU RESULTAT D’EXPLOITATION (+603 K€ VS +434.5 K€ SUR S1 2019-20) ET DE 49.4% DU RESULTAT NET (+413 K€ VS +277 K€ SUR S1 2019-20) GRACE A LA CROISSANCE DU CA (+6.6%) LIEE AU DEVELOPPEMENT DES VENTE

08h02

VEOLIA ENVIRONNEMENT : RÉSULTATS DU TROISIÈME TRIMESTRE SUPÉRIEURS AUX ATTENTES : FORT REBOND DE L’ACTIVITÉ PAR RAPPORT AU T2 RÉSULTATS DU T3 2020 SUPÉRIEURS AUX RÉSULTATS DU T3 2019

22h00

Recylex S.A. - Résultats Annuels 2019

11h00

CHEOPS TECHNOLOGY - Résultats 2019/2020

18h05

AGRIPOWER : Résultats annuels 2019-2020 à l'équilibre

08h02

La Française de l’Énergie : Résultats annuels 2019/2020

07h30

Bonduelle - Résultats annuels 2019-2020 : Un chiffre d’affaires en croissance et des résultats préservés dans un contexte exceptionnel





"Pas d’excès d’optimisme pour les résultats de bpost" 01 mars
Lecho.be
"Administrer le vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans peut changer la donne"
Lecho.be
Covax: nouvelles arrivées de vaccins gratuits en Afrique pour appuyer la montée en puissance de la vaccination 02 mars
Challenges.fr
Danone: qui pour succéder à Emmanuel Faber comme directeur général? 02 mars
Challenges.fr
Le CEO de Danone mis de côté : que peut-il se passer maintenant? 02 mars
Lalibre.be
Le vaccin d'AstraZeneca aussi pour les plus de 55 ans 02 mars
Lecho.be
L'Europe va enquêter sur les compagnies aériennes qui n'ont pas remboursé les billets d'avion 02 mars
rtlinfo.be

REAGISSEZ SUR L'ACTU DANS LES FORUMS COMBOURSE !
RECEVEZ GRATUITEMENT NOS RAPPORTS QUOTIDIEN !



L’éthanol est enfin compatible avec le filtre à particules 05 mars
Challenges.fr
L'interdiction des voyages non essentiels étendue jusqu'au 18 avril : "C'est un coup dur pour l'ensemble du secteur" 05 mars
Lalibre.be
Pernod Ricard: prend la majorité dans La Hechicera 05 mars
Cerclefinance.com
USA et UE suspendent les surtaxes liées au conflit Airbus-Boeing, selon Bloomberg 05 mars
Challenges.fr
Le Nasdaq digère mal la hausse des taux d'intérêt 05 mars
Lecho.be
Google va répercuter la taxe "Gafa" sur d'autres services 05 mars
Lalibre.be
Google va répercuter en France la taxe "Gafa" sur les tarifs de ses publicités 05 mars
Challenges.fr

Top Secteurs


RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :


Référence client partenaire :



Communiqués Financiers :



2007 - 2021 | COMBourse.com