COMBourse calcule en temps réel le TOP des Sociétés les plus citées sur le Web COMBourse - Analyse graphique de l'actualite, des actions et des societes
Accueil > Sociétés > Outillage industriel > VALLOUREC
ACTION :
ISIN : FR0000120354   Secteur : OUTILLAGE INDUSTRIEL     Site : vallourec.fr
NEWS :  207 sur 1 an | 8 sur 1 mois
TVIC 1mois :  +4% Taux de variation d'information
Source : Globenewswire.com - il y a 97 jour(s) - 21 Vues

Vallourec publie ses résultats du premier trimestre 2019

 

Résultats du premier trimestre 2019

 

 

 

Boulogne-Billancourt (France), le 16 mai 2019VALLOUREC, un leader mondial des solutions tubulaires premium, annonce aujourd’hui ses résultats du premier trimestre 2019. L’information financière consolidée a été présentée par le Directoire au Conseil de Surveillance le 15 mai 2019.

 

 

 

  • Chiffre d’affaires de 1 025 millions d’euros, en hausse de 19 % par rapport au T1 2018 ( 17 % à taux de change constants)
     
  • Résultat brut d’exploitation (1) de 67 millions d’euros contre - 5 millions d’euros au T1 2018
     
  • Réduction de la consommation de flux de trésorerie disponible à - 159 millions d’euros, soit une amélioration de 95 millions d’euros par rapport au T1 2018, reflétant :
    • L’amélioration des flux de trésorerie générés par l’activité à - 29 millions d’euros, contre ‑ 83 millions d’euros au T1 2018
    • La réduction du besoin en fonds de roulement net à 117 jours de chiffre d'affaires, contre 121 jours au T1 2018
       
  • Dette nette de 2 125 millions d’euros (après retraitement de 58 millions d’euros en dette de location en application d’IFRS 16 (1))

  

 

  • Confirmation des perspectives pour 2019

  

Compte tenu des tendances actuelles sur le plan économique et sur ses marchés(2), le Groupe :

  • confirme son anticipation de la poursuite de la reprise de l’activité Pétrole et Gaz principalement tirée par les marchés internationaux
     
  • confirme ses objectifs pour 2019, avec :
     
    • une forte croissance du résultat brut d’exploitation, soutenue par les tendances de marché, les économies supplémentaires et la poursuite du déploiement des nouvelles routes de production compétitives du Groupe
       
    • la poursuite de l’amélioration du besoin en fonds de roulement, au-delà des mouvements saisonniers habituels (pic de décaissements au S1), avec une réduction du nombre de jours de besoin en fonds de roulement, en moyenne trimestrielle et en fin d’exercice.
       
    • des investissements industriels de l’ordre de 180 millions d’euros, un niveau reflétant les besoins correspondant à la nouvelle empreinte industrielle du Groupe
       
  • Sur la base des tendances actuelles de marché et des objectifs énoncés ci-dessus, le Groupe respecterait son covenant bancaire à la fin de l’exercice.

 


 

Chiffres clés

T1 2019

T1 2018

% de variation

En millions d'euros

T4 2018

571

515

11 %

Production expédiée (milliers de tonnes)

694

1 025

862

19 %

Chiffre d'affaires

1 116

67

(5)

72 m€

Résultat brut d'exploitation (3)

89

6,5 %

-0,6 %

7,1 pts

En % du CA

8,0 %

(90)

(170)

80 m€

Résultat net, part du Groupe

(103)

(159)

(254)

95 m€

Cash-flow disponible

76

      
      

31 Mars 2019

 post IFRS 16

Variation vs 1 Jan. 2019

En millions d'euros

1 Jan. 2019
post IFRS 16

31 Déc. 2018

2 125

126 m€

Dette nette (3)

1 999

2 058

       

(3) IFRS 16 T1 2019 : les effets détaillés sur le RBE, la dette nette, la dette de location et les flux de trésorerie disponible sont décrits dans l’analyse des résultats consolidés (page 4), la situation financière (page 5) et les annexes (pages 11,12, 13 et 14)

NB : la dette nette de 2 058 millions d’euros à fin décembre 2018 inclut 59 millions d’euros de dette de location-financement

 

 

Commentant ces résultats, Philippe Crouzet, Président du Directoire, a déclaré :

 

« Au premier trimestre, VALLOUREC a, de nouveau, délivré une performance financière en nette amélioration par rapport au premier trimestre 2018. La forte croissance du résultat brut d’exploitation résulte notamment du redémarrage de notre activité dans les régions EA-MEA, notre principal marché Pétrole et Gaz, où nos commandes ont doublé en 2018.

Par ailleurs, notre performance en termes de flux de trésorerie s’est nettement améliorée, avec une réduction de la consommation de flux de trésorerie disponible de près de 100 millions d’euros par rapport au premier trimestre 2018, du fait de l’augmentation du résultat brut d’exploitation et de la réduction de la consommation de trésorerie liée au  besoin en fonds de roulement.

Concernant le reste de l’année, nous confirmons notre anticipation d’une poursuite de la reprise du marché Pétrole et Gaz, bien que de manière différente pour chacune de nos régions principales : alors que le marché nord-américain a ralenti pendant la première partie de l’exercice, nous sommes très confiants quant à la solidité de la reprise du marché dans les régions EA-MEA. Ces dernières contribueront fortement à l’amélioration de nos résultats en 2019 et bénéficieront de la compétitivité de nos nouvelles routes de production brésilienne et chinoise.

Nous anticipons également le redémarrage de l’activité d’exploration au Brésil, où nous bénéficions de positions solides. Celui-ci devrait intervenir dès l’année prochaine compte tenu des engagements de forage pris par les compagnies pétrolières à la suite des appels d’offres pour l’octroi de droits d’exploration et production intervenus au cours des deux dernières années.

 

Nous progressons, notamment en Allemagne, dans la réalisation des économies de coûts supplémentaires d’au moins 200 millions d’euros que nous avons annoncées récemment. Nous confirmons qu’une part importante de ces économies sera réalisée dès 2019.

Compte tenu de ces perspectives et des tendances actuelles de l’économie et de nos marchés, nous confirmons nos objectifs pour 2019 avec, en particulier, une forte croissance du résultat brut d’exploitation, une amélioration du besoin en fonds de roulement en nombre de jours tant en moyenne trimestrielle qu’en fin d’exercice, et le respect de notre covenant bancaire à la fin de 2019. »

 

 

I - CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ PAR MARCHÉ

 

 In millions of euros

T1 2019

T1 2018

Variation

A taux de change constants

T4 2018

Pétrole et Gaz, Pétrochimie

739

584

27 %

23 %

821

Industrie & Autres

236

180

31 %

34 %

235

Energie électrique

50

98

- 48 %

- 48 %

60

Total

1 025

862

19 %

17 %

1 116

 

Au cours du premier trimestre 2019, VALLOUREC a enregistré un chiffre d’affaires de 1 025 millions d’euros, en hausse de 19 % par rapport au premier trimestre 2018 ( 17% à taux de change constants) avec un effet volume positif de 11 % principalement lié aux activités Pétrole et Gaz dans les régions EA-MEA et un effet prix/mix positif de 6 % qui s’explique principalement par des prix plus élevés sur les produits OCTG en Amérique du Nord. Concernant « Industrie & Autres », le chiffre d’affaires a progressé en Amérique du Sud.

 

Par rapport au quatrième trimestre 2018, le chiffre d’affaires du premier trimestre 2019 s’est inscrit en baisse de 8 %. La baisse enregistrée s’explique par de moindres volumes pour l’activité Pétrole et Gaz dans les régions EA-MEA, liés à un effet de calendrier sur les livraisons, en partie compensés par une légère augmentation du chiffre d’affaires en Amérique du Nord (Pétrole et Gaz) et en Amérique du Sud (Industrie & Autres).

 

 

Pétrole et Gaz, Pétrochimie (72 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au 1er trimestre 2019, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a atteint 672 millions d’euros, en forte hausse de 181 millions d’euros, soit 37 % par rapport au 1er trimestre 2018 ( 33 % à taux de change constants).

  • Dans les régions EA-MEA, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a nettement progressé par rapport au 1er trimestre 2018, soutenu par une forte croissance des ventes des produits OCTG, suite aux commandes enregistrées au cours de l’année 2018.
     
  • En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a augmenté par rapport au 1er trimestre 2018, principalement sous l’effet de la hausse des prix appliquée à partir du troisième trimestre 2018.
     
  • En Amérique du Sud, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz est en légère baisse par rapport au 1er trimestre 2018.

             

Le chiffre d’affaires Pétrochimie a atteint 67 millions d’euros, en baisse de 28 % par rapport au 1er trimestre 2018 (- 31 % à taux de change constants) en raison notamment de moindre ventes en Amérique du Nord et d’une réallocation de l’activité, au Moyen-Orient et en Asie, vers des produits à plus forte marge.

 

Industrie & Autres (23 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au 1er trimestre 2019, le chiffre d’affaires Industrie & Autres s’est élevé à 236 millions d’euros, en hausse de 31 % par rapport au 1er trimestre 2018 ( 34 % à taux de change constants) :

  • En Europe, le chiffre d’affaires et les volumes sont restés presque stables.
  • Au Brésil, le chiffre d’affaires s’est inscrit en hausse, notamment celui de l’activité minière.


 

 

 

Énergie électrique (5 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au 1er trimestre 2019, le chiffre d’affaires Énergie électrique a été de 50 millions d’euros, en baisse de 48 % par rapport au 1er trimestre 2018. Comme précédemment indiqué, ce recul est lié à un déclin de la demande mondiale pour les centrales électriques conventionnelles au charbon.

Pour rappel, le Groupe a engagé un plan de cession de ses actifs dédiés aux centrales conventionnelles au charbon.

 

 

II - ANALYSE DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU 1er TRIMESTRE 2019

 

Le résultat brut d’exploitation s’est établi à 67 millions d’euros, en hausse de 72 millions d’euros par rapport au 1er trimestre 2018, avec :

  • Une marge industrielle de 168 millions d’euros, en hausse de 65 millions d’euros par rapport au 1er trimestre 2018 ( 4,5 points de pourcentage), reflétant (i) la croissance des volumes, (ii) un prix/mix favorable dans l’activité Pétrole et Gaz, (iii) un effet de change positif et (iv) les économies liées au Plan de Transformation. Ces éléments compensent largement la hausse du prix des matières premières.
     
  • Des coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A), en baisse de 8 % à 93 millions d’euros, soit 9 % du chiffre d’affaires contre 12 % au 1er trimestre 2018, reflétant le contrôle strict des coûts.
     
  • Le résultat brut d’exploitation inclut un effet IFRS 16 positif de 8 millions d’euros et une augmentation nette des provisions de 6 millions d’euros.

 

Hors variation des provisions et effet IFRS 16, le résultat brut d’exploitation du 1er trimestre 2019 s’est élevé à 65 millions d’euros, à comparer à - 13 millions d’euros au 1er trimestre 2018 et 62 millions d’euros au 4ème trimestre 2018.

 

Le résultat d’exploitation s’est amélioré de  111 millions d’euros et s’est établi à une perte de 19 millions d’euros, contre une perte de 130 millions d’euros au 1er trimestre 2018. L’amélioration résulte de la hausse du résultat brut d’exploitation, de la réduction des charges de « Cession d’actifs, restructuration et autres » et de l’absence de dépréciations d’actifs. Pour rappel, au 1er trimestre 2018, ces éléments non récurrents s’élevaient à - 46 millions d’euros et étaient principalement liés aux mesures de restructuration menées en Europe.

Les « Amortissements et autres dépréciations » comprennent un impact IFRS 16 de - 7 millions d’euros (amortissement du droit d’usage).

            

Le résultat financier est négatif à - 61 millions d’euros, contre - 43 millions d’euros au 1er trimestre 2018, principalement en raison de (i) charges d’intérêts plus élevées du fait des 400 millions d’euros d’obligations émises en avril 2018, (ii) du résultat de change des couvertures des opérations commerciales et (iii) d’un effet IFRS 16 de ‑ 3 millions d’euros (charges d’intérêts sur la dette de location).

 

L’impôt sur les bénéfices s’est établi à - 8 millions d’euros, lié principalement à l’activité au Brésil, contre un impôt nul au 1er trimestre 2018.

Jeudi 16 mai 2019, 18h30 - Source Globenewswire.com   - LIRE LA SUITE
Partager :





Flux Rss VALLOUREC :


Top Secteurs

Bourse de Paris: LVMH monte, Vallourec et Schneider décollent et Eramet plonge Lefigaro.fr
25 juil.


RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :


Référence client partenaire :



Communiqués Financiers :



2007 - 2019 | COMBourse.com