COMBourse - Analyse graphique de l'actualite, des actions et des societes
Accueil > Sociétés > Metaux non ferreux > ERAMET
SOCIETE : 
SECTEUR : Energie et Matières Premières > Metaux non ferreux
NEWS :  107 sur 1 an | 16 sur 1 mois | ISIN : FR0000131757
TVIC 1mois :  +15% En savoir plus sur le Taux de variation d'information
Communication Officielle
Jeudi 27 avril 2023, 08h00  (il y a 14 mois)

Eramet : Chiffre d’affaires de 775 M€ au 1er trimestre 2023

Paris, le 27 avril 2023, 7h30

COMMUNIQUE DE PRESSE

Eramet : Chiffre d’affaires de 775 M€ au 1er trimestre 2023

  • Closing de la cession d’A&D à fin avril confirmant le repositionnement stratégique du Groupe
  • Chiffre d’affaires ajusté1 (en intégrant la contribution proportionnelle de Weda Bay) de 949 M€
    (- 24 %), fortement pénalisé par la baisse attendue de nos prix de vente (- 24 %) par rapport au très haut niveau du T1 2022
  • Performance opérationnelle très contrastée selon les activités, compte tenu d’incidents aujourd’hui résolus ayant impacté le T1 :
    • - 18 % de volumes de minerai de manganèse vendus à l’externe au Gabon, suite au glissement de terrain fin 2022 qui a arrêté l’activité sur le mois de janvier
    • 89 % de volumes de minerai de nickel vendus à l’externe en Indonésie
  • Baisse marquée des prix de vente par rapport au T1 2022 en particulier pour les alliages de manganèse, dont les prix étaient alors exceptionnellement élevés, mais également pour le nickel de Classe 2 (NPI et ferronickel)
  • Coûts des intrants toujours élevés, avec cependant une inflexion des prix du fret et des réducteurs
  • Solidité du profil financier d’Eramet : obtention de premières notations financières auprès de Fitch (BB ) et Moodys (Ba2)
  • Maintien d’un niveau de liquidité très élevé contribuant à sécuriser le plan de financement du Groupe
  • Les perspectives 2023 s’inscrivent comme prévu dans un contexte macroéconomique moins porteur. L’EBITDA ajusté est légèrement revu à la baisse autour de 1,1 Md€ en 2023, compte tenu :
    • d’une inflexion plus marquée en début d’année des prix du Nickel de classe 2
    • d’un objectif de volumes de minerai de manganèse transportés revus à la baisse à plus de 7 Mt, compte tenu des incidents logistiques non récurrents de début d’année
  • Le Groupe continue à se focaliser sur le contrôle des coûts, les actions de productivité, et la génération de la trésorerie, tout en préparant ses projets de croissance dans la transition énergétique.

Christel BORIES, Présidente-Directrice Générale du Groupe :

  • Le repositionnement stratégique sur nos activités Mines et Métaux est désormais finalisé.

Notre stratégie s’appuie aujourd’hui sur une structure financière solide, reflétée dans la notation financière attribuée à ERAMET par deux agences de premier rang. Ces notations supporteront le Groupe dans la sécurisation et la diversification de son plan de financement.

Comme nous l’avions anticipé, le premier trimestre est marqué par un contexte économique dégradé et un environnement de prix nettement moins favorable. Il a aussi été impacté par des incidents non récurrents qui ont perturbé la production et le transport de minerai de manganèse.

A court terme, nous restons particulièrement concentrés sur le contrôle de nos coûts, l’amélioration de notre productivité et la bonne exécution de nos programmes de développement. 

  • Engagements RSE

Au T1 2023, la performance en matière de sécurité continue d’afficher des résultats records, en ligne avec ceux atteints en 2022. Le TF22 s’établit à 1,1 sur le nouveau périmètre d’Eramet (1,8 au niveau Groupe), bien en deçà de l’objectif de la feuille de route RSE pour 2023 (TF2 <4) ; aucun accident grave ne s’est produit depuis avril 2021.

Fin mars 2023, ERAMET Norway s’est vu attribuer un financement de 12 M€ par Enova3, en soutien à deux projets pour optimiser la consommation d’énergie et minimiser les émissions de CO2 des usines :

  • Depuis 2021, le Groupe teste à son usine de Sauda un moteur qui utilise le gaz des fours pour produire de l'énergie électrique et thermique ; il prévoit d’en installer six de plus afin de générer plus de 90 GWh d'énergie électrique et environ 150 GWh d'énergie thermique par an,
  • Eramet prévoit également de construire dans cette même usine un pilote d'essai afin de capturer le CO2 émis par l’usine et le stocker de manière permanente sous le fond marin (Carbon Capture and Storage, « CCS »). Ce pilote servira à développer une usine de capture à grande échelle qui devrait être mise en service en 2028.

Début 2023, MCSI a mis à jour sa notation sur la performance extra-financière d’Eramet, avec un score de « A », stable depuis 2021.

En 2023, le Groupe renforce sa stratégie RSE avec le déploiement dans ses sites du standard international indépendant Initiative for Responsible Mining Assurance (IRMA). L’ambition est d’engager l’ensemble de ses sites miniers dans ce processus de vérification indépendant d’ici 2027.

  • Notation financière

A la suite d'une évaluation approfondie, le Groupe a obtenu en avril une première notation financière auprès de deux agences de notation.

Moody's et Fitch ont attribué à ERAMET des notes de crédit à long terme de respectivement Ba2 et BB , avec des perspectives stables. Ces notations attribuées dans le cadre de la nouvelle feuille de route stratégique du Groupe traduisent la qualité du portefeuille d’actifs recentré sur les activités minières et métallurgiques. Elles valident également la politique d’allocation du capital qui priorise le maintien d’une structure financière saine et valorisent la flexibilité financière du Groupe.

  • Financement

En janvier 2023, ERAMET a renouvelé et étendu le prêt à terme (« term loan ») pour un montant de
480 M€ avec un pool de banques. Ce montant a été étendu à 515 M€ en avril. Le nouveau prêt est à échéance janvier 2027, avec un taux flottant, amortissable à compter de janvier 2025. Le prêt a été tiré à hauteur de 270 M€ afin principalement de refinancer l’encours de l’ancien prêt.

  • Chiffre d’affaires ajusté du groupe ERAMET par activité
(Millions d’euros)1 T1 20232 T1 2022
Retraité2
Variation (M€) Variation3 (%)
BU Manganèse   440 722 - 282 - 39 %
  Activité Minerai de Manganèse4,5 209 308 - 99 - 32 %
  Activité Alliages de Manganèse4 231 414 - 183 - 44 %
BU Nickel ajusté6   464 434 30 7 %
  SLN 243 270 - 27 - 10 %
  Weda Bay (activité de négoce, contrat    d’off-take) 47 83 - 36 - 43 %
  Quote-part de Weda Bay (38,7 % - hors contrat d’off-take) 174 82 92 112 %
BU Sables Minéralisés 44 90 - 46 - 51 %
BU Lithium 0 0 0 n.a.
Holding et Eliminations 1 1 0 n.a.
GROUPE ERAMET ajusté6 949 1 247 - 298 - 24 %

1 Données arrondies au million le plus proche
2 Hors Aubert & Duval, Sandouville, et Erasteel, qui, en application de la norme IFRS 5 – "Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées", sont présentées comme des activités en cours de cession sur 2023 et 2022.
3 Données arrondies au % supérieur ou inférieur
4 Cf. définition en Annexe 4
5 CA liés aux ventes externes de minerai de manganèse uniquement, y compris 13 M€ liés à l’activité de transport de Setrag autre que celui du minerai de Comilog (21 M€ au T1 2022).
6 Le CA ajusté est défini dans le glossaire financier en Annexe 4.

Nota 1 : l’ensemble des chiffres du T1 2023 et du T1 2022 commentés correspondent aux chiffres en application de la norme IFRS 5 tels que présentés dans les états financiers consolidés du Groupe, sauf mention contraire.

Nota 2 : l’ensemble des variations commentées du T1 2023 sont calculées par rapport au T1 2022, sauf indication contraire.

Nota 3 : les mentions T1, T2, T3 et T4 font référence aux quatre trimestres de l’année ; les mentions S1 et S2 aux deux semestres.

Le chiffre d’affaires ajusté1 du Groupe au T1 2023 s’élève à 949 M€ en intégrant la contribution proportionnelle de Weda Bay, en baisse de 24 % (- 27 % à périmètre et change constants4, avec 3 % d’effet change). Ceci reflète principalement un effet prix (- 24 %) dans un environnement de marché dégradé en comparaison des niveaux de prix particulièrement élevés au T1 2022, Les prix des alliages de manganèse et du nickel de classe 2 ont ainsi corrigés à la baisse sur 2022 et n’affichent désormais qu’un léger recul par rapport au T4 2022. L’effet volume est légèrement défavorable (- 3 %), le recul des volumes de minerai de manganèse et de sables minéralisés étant cependant partiellement compensé par la forte croissance des volumes vendus de minerai à Weda Bay.

Au cours du trimestre, l’inflation a continué de peser sur la performance du Groupe. Les coûts des intrants se sont également maintenus à des niveaux élevés, bien qu’en baisse par rapport à 2022. Ainsi, le prix spot du coke métallurgique affiche un recul d’environ 30 %5 par rapport au T1 2022
( 8 % vs T4 2022). Les prix du fret maritime poursuivent leur inflexion.

Afin de faire face à cette situation, ERAMET a poursuivi ses mesures de contrôle des coûts, renforcé par des actions de productivité. Le Groupe a également poursuivi l’optimisation de la production de ses usines électro-intensives afin d’ajuster la consommation d’énergie à la partie couverte par des contrats d’approvisionnement long terme.

Activités poursuivies

Manganèse

Au T1 2023, au Gabon, les volumes produits de minerai sont en baisse de 38 % à 1,1 Mt en raison de l’arrêt des activités minières en janvier suite au glissement de terrain sur la voie ferrée.

Le chiffre d’affaires des activités Manganèse est en baisse à 440 M€ :

  • Les ventes de l’activité minerai reculent de 32 % à 209 M€. Cette évolution reflète la baisse des volumes vendus à l’externe (- 18 %) mais également un effet prix défavorable, partiellement compensé par un impact change (€/$) positif,
  • Les ventes de l’activité alliages sont en baisse de 44 % à 231 M€, en raison d’un fort recul des prix par rapport au niveau historiquement élevé du T1 2022 (entre -30 et -50% pour les indices en Europe). Les volumes vendus sont également en baisse avec un mix toutefois favorable.

Tendances de marché6 & prix7

La production mondiale d’acier au carbone, principal débouché du manganèse, a atteint 463 Mt au
T1 2023, en baisse de 1 %.

Le rebond de la production d’acier en Chine ( 5 %) est moins important qu’attendu en raison d’un secteur de la construction moins dynamique. Cette hausse a été effacée par le recul marqué de la production en Europe (- 13 %) en lien avec la crise énergétique, ainsi qu’en Amérique du Nord (- 5 %) dans un contexte inflationniste. La production en Inde est quant à elle en très légère hausse.

Sur le trimestre, la consommation de minerai de manganèse reste stable à 5,0 Mt, alors que l’offre mondiale de minerai est en baisse de 5 % à 5,0 Mt, en raison du recul de la production au Gabon
(- 9 %) et de la baisse de la production en Afrique du Sud (- 13 %).

En conséquence, l’indice de prix moyen du minerai de manganèse CIF Chine 44 % s’élève à 5,4 $/dmtu sur le trimestre, en baisse de 9 % par rapport au T1 2022, mais en hausse de 23 % par rapport au
T4 2022, reflétant la moindre disponibilité des minerais de haute teneur en provenance du Gabon.

L’indice de prix des alliages affinés en Europe (MC Ferromanganèse) s’établit à 1 808 €/t (- 47 % vs T1 2022, - 7 % vs T4 2022) et celui des alliages standards (silico-manganèse) à 1 149 €/t (- 33 % et
- 1 %). La baisse est encore plus marquée aux Etats Unis. Comme attendu, les indices de prix poursuivent leur recul du fait de la situation du marché de l’acier en Europe et aux Etats-Unis.

Activités

Le programme d’expansion de la mine ainsi que les progrès opérationnels se poursuivent à Comilog au Gabon. Cependant, la suspension du trafic ferroviaire à la suite du glissement de terrain survenu fin décembre a entrainé un arrêt des opérations sur l’ensemble du mois de janvier.

Ainsi, la production de minerai de manganèse est en baisse de près de 38 % à 1,1 Mt au T1 2023. Compte tenu d’un déstockage en ligne et au port, les volumes de minerai de manganèse transportés et vendus à l’externe reculent dans une moindre mesure (respectivement - 16 % et - 18 %) pour s’établir à 1,4 Mt et 1,2 Mt sur la période.

Compte tenu du décalage à février et mars des livraisons de janvier (facturées sur la base de l’indice de décembre 2022), Comilog n’a pas profité de la hausse de l’indice de prix CIF Chine 44 % en janvier et février.

Le cash cost FOB8 de l’activité minerai de manganèse s’établit à 2,8 $/dmtu, en hausse de 16 % par rapport au T1 2022. Celle-ci est liée à l’impact négatif de la baisse des volumes, partiellement compensée par un impact favorable du taux de change. Ce cash cost est attendu en baisse dès le T2.

Les coûts de transport maritime à la tonne sont en recul d’environ 30 % à 0,9 $/dmtu, reflétant la baisse des prix du fret en moyenne sur le trimestre.

La production d’alliages de manganèse a atteint 151 kt au T1 2023 en baisse de 20 %, reflétant l’optimisation de la production en fonction des conditions de marché et afin de limiter l’impact de la hausse des prix de l’énergie, ainsi que le ralentissement programmé de la production d’un four en vue de sa réfection prévue à partir du mois d’avril. Les ventes s’élèvent à 140 kt (- 10 %) avec un mix beaucoup plus favorable sur la période.

La marge des alliages s’est de nouveau contractée au T1 2023, sous l’effet de la baisse continue des prix de vente (en Europe et de manière encore plus significative aux Etats-Unis) et du niveau toujours élevé du coût des intrants.

Perspectives

La production mondiale d’acier carbone devrait poursuivre son recul en 2023 dans un contexte toujours inflationniste et de coûts de l’énergie élevés. Avec la forte hausse des taux d’intérêts, la demande en provenance du secteur de la construction ralentit dans de nombreuses régions. Toutefois, l’Inde devrait de nouveau afficher une croissance.

En conséquence, la demande de minerai pourrait s’inscrire en recul sur l’année. Bien que l’offre soit également en léger recul, le consensus de marché anticipe une baisse de 10 % de l’indice de prix moyen du minerai de manganèse CIF Chine 44 % en 2023 par rapport à 2022. Celui-ci se positionne actuellement autour de 5 $/dmtu.

La demande pour les alliages devrait s’inscrire en baisse sur 2023, particulièrement en Europe et sur les affinés, compte tenu de la fragilité de la demande sur le secteur automobile. L’offre devrait continuer à s’ajuster en conséquence.

Sur 2023, les prix de ventes facturés des alliages pourraient se stabiliser en moyenne au niveau de fin 2022 / début 2023 et rester ainsi fortement en dessous de la moyenne des prix de 2022, avec notamment un très fort recul en Amérique du Nord.

Les volumes transportés sont revus à la baisse à plus de 7,0 Mt compte tenu des incidents logistiques rencontrés en début d’année, désormais résolus. L’objectif de production de minerai sera ajusté selon le niveau de volume transporté en 2023.

Le programme pluriannuel de réfection de fours des usines d’alliages de manganèse a démarré en avril avec un 1er arrêt.

Nickel

Au T1 2023, en Indonésie, la mine de Weda Bay a poursuivi sa montée en puissance avec une progression de près de 70% des volumes commercialisés.

Le chiffre d’affaires ajusté1 des activités Nickel s’élève à 464 M€ en intégrant la contribution proportionnelle de Weda Bay :

  • Les ventes de la SLN9 affichent une baisse de 10 % à 243 M€, reflétant un effet prix défavorable et malgré une hausse significative de la production et des ventes en volumes,
  • L’activité de négoce du ferroalliage de nickel de PT Weda Bay (contrat d’off-take sur la production de l’usine) contribue à hauteur de 47 M€ (- 43 %) du fait d’une baisse des volumes et des prix,
  • La quote part de chiffre d’affaires de Weda Bay (hors contrat d’off-take) contribue à hauteur de 174 M€ ( 112 %) notamment grâce à la croissance des volumes de minerai.

Tendances de marché10 & prix

La production mondiale d’acier inoxydable, principal débouché du nickel, est en recul de 4 % à 13,2 Mt au T1 2023. La production en Chine, qui affiche une forte baisse (- 11 %) par rapport au T4 2022, progresse de 3 % par rapport à un faible niveau au T1 2022 (Jeux olympiques d’hiver, situation sanitaire liée au Covid-19). Cette progression a été plus qu’effacée par un recul de la production de 13 % dans le reste du monde, avec une baisse notable en Indonésie (- 19 %) et une chute en Europe en raison de la crise énergétique et de l’inflation.

La demande mondiale de nickel primaire reste stable au T1 2023, grâce à la croissance du marché des batteries qui compense le léger recul de la demande dans l’acier inoxydable.

En parallèle, la production mondiale de nickel primaire est en hausse de 6 %. Elle est soutenue par la montée en puissance des nouveaux projets, notamment HPAL11, ainsi que par l’offre de NPI12 en Indonésie ( 14 % vs T1 2022, cependant en baisse de 7 % vs T4 2022). La production de NPI en Chine ainsi que la production traditionnelle de ferronickel sont en baisse (respectivement - 17 % et - 6 %).

Le ralentissement temporaire du marché des véhicules électriques en Chine a par ailleurs entrainé une baisse de la demande de sulfate de nickel et une baisse de la conversion de NPI en matte.

Le bilan offre/demande du nickel (classe I et II13) affiche ainsi un léger excédent sur le trimestre. Les stocks de nickel au LME et SHFE14 sont en baisse, à 45 kt à fin mars, impliquant de fait une augmentation des stocks hors LME et SHFE.

Au T1 2023, la moyenne des cours au LME (cotation du nickel de classe I), s’établit à près de
26 100 $/t, stable par rapport au T1 2022.

En parallèle, les cours du NPI15 (nickel de classe II) ont reculé de 18% à près de 17,000 $/t en moyenne sur la période, en raison d’une baisse de la demande et d’un afflux de volumes en provenance d’Indonésie sur le marché chinois. Les prix ont poursuivi leur recul et se situent aux alentours de 14,000 $/t actuellement.

Le prix spot du ferronickel tel que produit par la SLN (nickel de classe II également) s’est situé à un niveau très sensiblement en dessous du LME et s’est rapproché du prix du NPI, affichant une chute de 25 % sur le T1 2023 par rapport au T1 2022 (- 7 % vs T4 2022).

Le prix du minerai de nickel 1,8 % CIF Chine s’établit à un niveau soutenu sur le trimestre, à 103 $/th16 en moyenne en ligne avec le T4 2022, mais en baisse par rapport au T1 2022 (- 13 %). Le marché est resté tendu sur le T1 2023 compte tenu d’une offre limitée. Le prix du minerai du nickel s’est fortement corrigé au mois d’avril et se situe aujourd’hui aux alentours de 80 $/th, en ligne avec les fondamentaux de marché.

En Indonésie, l’indice officiel pour les prix domestiques du minerai de nickel haute teneur
(« HPM Nickel ») est en forte hausse à environ 62 $/th17 en moyenne ( 29 %), la formule de prix étant liée au LME, avec un décalage d’environ un mois.

Activités

En Indonésie, la commercialisation de minerai de nickel s’est élevée à 7,9 Mth au T1 2023 (pour
100 %). Cette très forte progression (de près de 70 %) comprend la commercialisation de minerai haute teneur et basse teneur (respectivement 4,1 Mth et 3,8 Mth).

Les ventes externes de minerai (aux usines présentes sur le site industriel autres que celle de la JV) s’élèvent à 7,3 Mth, et la consommation interne pour la production de ferroalliages de nickel à 0,6 Mth.

La production de l’usine a atteint 7,8 kt-Ni sur le T1 2023 (base 100 %), en baisse de 22 %, en raison de difficultés d’approvisionnement en électricité sur le site industriel au T1 2023. Dans le cadre du contrat d’off-take, le Groupe a vendu 3,1 Kt-Ni sur le T1 2023, en baisse de 28 %.

En Nouvelle-Calédonie, la production minière a atteint 1,5 Mth, en hausse de 28 % par rapport au
T1 2022, reflétant de meilleures conditions météorologiques, malgré des difficultés techniques et sociétales ayant contraint les opérations de plusieurs sites.  

Les exports de minerai de nickel à faible teneur sont en progression de 4 % à près de 0,7 Mth. La production de ferronickel est en hausse de 7 % à 10,6 kt-Ni. Les volumes vendus sont également en hausse de 11 % à 10,2 kt-Ni au T1 23.

Le cash cost18 de la production de ferronickel s’est élevé à 8,3 $/lb en moyenne au T1 2023
(vs. 7,9 $/lb au T1 2022), reflétant une très forte augmentation des dépenses liées à l’énergie, principalement le charbon, ainsi que l’augmentation des coûts en lien avec la mise en place de la CAT (« Centrale Accostée Temporaire »19). Ces effets sont partiellement compensés par un impact change favorable.

SLN poursuit la mise en œuvre du plan de réduction des coûts et de préservation de la trésorerie, notamment au travers de la réduction de ses investissements et de ses frais fixes, afin de faire face à ses difficultés, aggravées récemment par la forte baisse des prix de ventes du minerai et du ferronickel.

Perspectives

En 2023, au S2 principalement, la demande de nickel primaire devrait continuer de croître grâce au développement du secteur des batteries et au redémarrage de l’industrie de l’acier inoxydable, notamment en Chine

En parallèle, la production de nickel primaire pourrait également progresser, notamment en Indonésie avec la poursuite de la croissance du NPI et des nouveaux projets à destination des batteries des véhicules électriques20.

A Weda Bay, l’objectif de commercialisation est ainsi maintenu à plus de 30 Mth de minerai en 2023, dont plus de 15 Mth de minerai basse teneur. La mine devrait ainsi poursuivre sa montée en puissance, les autorisations nécessaires à la commercialisation de minerai haute teneur et basse
teneur ayant été obtenues.

L’objectif de production de ferroalliages de nickel est revu à la baisse à environ 35 kt-Ni sur l’année, en raison de la réduction de l’alimentation électrique de l’usine au T1, résolue au T2.

Sous réserve des autorisations d’exploitation et d’un fonctionnement normal des opérations, les objectifs d’exportation de minerai de nickel de la SLN et la production de ferronickel de l’usine de Doniambo sont confirmés à respectivement autour de 3,5 Mth et à plus de 45 kt-Ni en 2023.

Sables Minéralisés

Les activités Sables minéralisés affichent un chiffre d’affaires en recul de 51 % à 44 M€ au T1 2023, reflétant une baisse des volumes produits et vendus.

Tendances de marché & prix21

Dans un contexte macroéconomique défavorable au secteur de la céramique, la demande mondiale de zircon est en très léger recul. La production de zircon est en baisse sur le trimestre en raison de difficultés opérationnelles des principaux acteurs du marché. Dans ce contexte, le bilan offre/demande est resté à l’équilibre sur le trimestre.

Le prix de marché du zircon est en hausse de 7 % à 2 100 $/t FOB au T1 2023, stable par rapport au T4 2022.

La demande mondiale de produits titanifères22 est également en baisse sur le trimestre. Cette évolution est attribuable à un recul de la production de pigments, en raison d’un secteur de la construction encore fragile.

Ainsi, le prix de marché moyen du laitier de titane de qualité CP, tel que produit par ERAMET à l’usine d’ETI en Norvège, reste à des niveaux très élevés à 930 $/t en hausse de 9% au T1 2023 ( 6 % par rapport au T4 2022).

Activités

Au Sénégal, la production de sables minéralisés a été affectée par une panne majeure d’un équipement en janvier ainsi que par la baisse de la teneur moyenne de la zone exploitée, conformément aux prévisions. En conséquence, les volumes produits sont en baisse de 43 % à 112 kt.

Les volumes produits et vendus de zircon ont diminué de 40 % à 9 kt sur le trimestre.

En Norvège, l’arrêt pour maintenance décennale programmée de l’usine a démarré mi-février. En conséquence, la production de laitier de titane s’élève à 19 kt au T1 2023, en baisse de 63 %. Ces travaux s’achèveront au cours du T2. En amont de cet arrêt, la puissance du four avait été abaissée afin de limiter l’impact de la hausse des prix de l’énergie. Les volumes de vente sont en baisse de 68 % à
13 kt.

Perspectives

La demande de zircon devrait être modérée en 2023, compte tenu d’incertitudes (inflation, marché de la construction, notamment en Chine). Le marché pourrait être en léger surplus, ce qui conduirait à une normalisation des prix en 2023, après une année record.

La demande de produits titanifères devrait également rester contenue et conduire à un niveau moyen de prix en 2023 probablement légèrement inférieur à celui observé en 2022.

Au Sénégal, la production de sables minéralisés en 2023 est confirmée à un niveau équivalent à celle de 2022, l’amélioration des teneurs devant revenir au T4.

En Norvège, la production devrait restée limitée sur l’année, compte tenu de l’arrêt de maintenance décennale en cours. Les travaux durant cet arrêt, visent également à augmenter la capacité de l’usine de 7 % par an à partir de 2024.

Lithium

Les prix du carbonate de lithium ont atteint des niveaux très élevés à environ 68 000 $/t LCE23,24 en moyenne sur le T1 2023 ( 20 %). Ils ont connu un ajustement depuis et se situent aujourd’hui entre 25,000 et 30 000 $/t LCE.

En Argentine, la construction de l’usine de lithium de Centenario (phase 1), lancée en 2022, se poursuit. Malgré des retards de livraisons d’équipements et de matériaux en provenance de Chine du fait du contexte sanitaire fin 2022, la mise en service progressive de l’usine reste prévue au T1 2024 avec un démarrage de la production au T2 2024. Le full ramp-up de la production, à hauteur de 24 kt LCE de qualité batteries (à 100%) est toujours attendu d’ici mi-2025.

En avril, ERAMET a reçu la confirmation de l’éligibilité de la phase I du projet (pour une production de
24 kt LCE de qualité batterie) au régime de promotion des investissements en Argentine25 orientés vers l’exportation, qui permet de bénéficier d’une exemption partielle au contrôle de changes actuellement en place. Eramine Sudamérica S.A., filiale argentine d’Eramet, devient ainsi la seconde société minière à obtenir l’intégration à ce régime.

En collaboration avec Tsingshan, son partenaire sur la phase 1, ERAMET poursuit l’étude de faisabilité pour une phase 2 d’expansion du projet permettant d’atteindre une capacité de production annuelle totale d’environ 75 kt LCE dans le cadre de deux étapes de développement. Une décision d’investissement pour la prochaine étape devrait intervenir avant la fin de l’année.

Par ailleurs, l’exploration et l’étude d’opportunités visant des projets d’extraction de lithium à partir de saumures restent une priorité pour le Groupe, en particulier dans le « Triangle du lithium » en Amérique latine.

Activités cédées ou en cours de cession

En application de la norme IFRS 5 – « Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées », les entités Aubert & Duval et Erasteel sont présentées dans les états financiers consolidés du Groupe comme des activités en cours de cession pour les exercices 2022 et 2023 :

  • Suite à la réalisation de l’ensemble des conditions suspensives, ERAMET finalisera le 28 avril la cession d’Aubert & Duval au consortium composé d’Airbus, SAFRAN et Tikehau Capital.

Après prise en compte des ajustements de prix au closing, le produit net de cession permet de neutraliser la consommation de trésorerie de la filiale sur les quatre premiers mois de 2023.

  • Concernant la cession d’Erasteel, à la suite de l’annonce en février 2023 de la réception d’une promesse unilatérale d’achat de la part du fonds Syntagma Capital, le processus de consultation des instances représentatives du personnel touche à sa fin. Le closing est attendu d’ici la fin du
    S1 2023.

Le chiffre d’affaires de la filiale26 s’est élevé à 71 M€ au T1 2023, en progression de 11 % par rapport au T1 2022. L’activité de recyclage (batteries et catalyseurs) est également en hausse à
7 M€. Dans un contexte macro-économique défavorable sur ses principaux marchés, Erasteel prévoit une croissance des volumes sur la métallurgie des poudres en 2023 grâce à l’évolution de sa stratégie de distribution et au développement de nouvelles applications. Les volumes d’aciers rapides conventionnels sont quant à eux attendus en baisse sur l’année.

  • Perspectives

Le climat d’incertitudes géopolitiques et macro-économiques ainsi que le contexte inflationniste continuent de peser sur l’ensemble des marchés du Groupe, avec une inflexion de la demande et des prix au T1, dans la continuité de la fin de 2022. Celle-ci reste plus ou moins marquée selon les marchés et les zones géographiques : la production mondiale d’acier inoxydable devrait rebondir au S2, tandis que celle d’acier carbone pourrait continuer à reculer.   

Des incertitudes perdurent également concernant le fret, dont les taux ont rebondi après avoir atteint des niveaux très bas au cours du T1, tout en restant inférieurs à la moyenne de 2022. Ce rebond devrait se poursuivre avec la hausse de la demande sur le S2. Les prix des réducteurs et le coût de l’énergie, en baisse au T1 par rapport à 2022, restent cependant à un niveau historiquement élevé, ce qui continue de peser sur la performance des activités métallurgiques et leurs marchés. Les usines du Groupe bénéficie cependant de contrats d’approvisionnement long terme permettant de couvrir environ 80 % de leurs besoins en électricité.

Les objectifs de volumes sur l’année sont confirmés, excepté pour le minerai de manganèse :

  • Plus de 30 Mth de minerai de nickel commercialisé à Weda Bay, dont environ 15 Mth de minerai de basse teneur,
  • Plus de 7,0 Mt de minerai de manganèse transporté au Gabon, objectif révisé à la baisse compte tenu des incidents logistiques non récurrents de début d’année

Les prix de vente facturés des alliages de manganèse devraient rester en moyenne sur l’année très inférieurs à 2022, notamment en Amérique du Nord, tandis que le consensus de prix moyen du minerai de manganèse est en légère hausse à 5,4 $/dmtu.

Le prix du ferronickel devrait se situer à un niveau légèrement supérieur à l'indice SMM NPI 8-12% mais très inférieur au consensus du cours du nickel au LME. Les prix du Nickel de classe 2 ont connu par ailleurs une inflexion plus marquée qu’attendu en début d’année. Les prix domestiques du minerai de nickel vendu en Indonésie, indexés sur le LME dont le consensus s’établit à 23 300 $/t pour 202327, évoluent en fonction de celui-ci.

Le taux de change €/$ reste attendu à 1,0928 sur 2023.

Sur la base des objectifs de volumes et des prévisions de prix mentionnés ci-dessus, l’objectif d’EBITDA ajusté1 du Groupe est légèrement revu à la baisse autour de 1,1 Md€ en 2023, y compris la contribution proportionnelle de Weda Bay.

Les dépenses de capex sont confirmées en ligne avec la guidance communiquée précédemment. Le Groupe devrait ainsi réaliser près de 600 M€ d’investissements en 2023, hors activités en cours de cession et hors part financée par Tsingshan du projet Lithium.

Calendrier

23.05.2023 : Assemblée Générale des actionnaires

26.07.2023 : Publication des résultats semestriels 2023

26.10.2023 : Publication du chiffre d’affaires Groupe du 3ème trimestre 2023

À PROPOS D’ERAMET

Eramet transforme les ressources minérales de la Terre pour apporter des solutions durables et responsables à la croissance de l’industrie et aux défis de la transition énergétique.

Ses collaborateurs s’y engagent par leur démarche citoyenne et contributive dans l’ensemble des pays où le groupe minier et métallurgique est présent.

Manganèse, nickel, sables minéralisés, lithium et cobalt : ERAMET valorise et développe les métaux indispensables à la construction d’un monde plus durable.

Partenaire privilégié de ses clients industriels, le Groupe contribue à rendre les infrastructures et les constructions robustes et résistantes, les moyens de mobilité plus performants, les outils de santé plus sûrs, les appareils de télécommunications plus efficaces.

Pleinement engagé dans l’ère des métaux, ERAMET ambitionne de devenir une référence de la transformation responsable des ressources minérales de la Terre, pour le bien vivre ensemble.

www.eramet.com

CONTACT INVESTISSEURS

Directrice des Relations Investisseurs

Sandrine Nourry-Dabi

T. 33 1 45 38 37 02

sandrine.nourrydabi@eramet.com

 

 

 
CONTACT PRESSE

Responsable relations presse

Fanny Mounier

fanny.mounier@eramet.com

33 7 65 26 46 83

Image 7

Marie Artzner

T. 33 1 53 70 74 31 | M. 33 6 75 74 31 73

martzner@image7.fr

Annexe 1 : Chiffre d’affaires trimestriel (IFRS 5)

En Millions d’euros1 T1 2023 T4 2022 T3 2022 T2 2022 T1 2022
BU Manganèse 440 630 873 926 722
Activité Minerai de Mn2 209 315 465 439 308
Activité Alliages de Mn2 231 316 407 487 414
BU Nickel 290 331 300 409 352
BU Nickel ajusté3 464 469 364 522 434
BU Sable
Jeudi 27 avril 2023, 08h00 - LIRE LA SUITE
Les dernières News : ERAMET
Partager : 






Flux Rss ERAMET :



Eramet abandonne son projet de grande raffinerie de nickel avec BASF en Indonésie Usinenouvelle.com
24 juin
Deux Airbus A340 volés par l'Iran, plus de fermetures que d'ouvertures d'usines en France, arrêt du projet d'Eramet en Indonésie... Les cinq articles les plus lus Usinenouvelle.com
29 juin