COMBourse calcule en temps réel le TOP des Sociétés les plus citées sur le Web COMBourse - Analyse graphique de l'actualite, des actions et des societes
Accueil > Sociétés > Electricite > EDF
ACTION :
ISIN : FR0010242511   Secteur : ELECTRICITE     Site : edf.fr
NEWS :  695 sur 1 an | 59 sur 1 mois | 16 sur 72h | 3 sur 12h
TVIC 1mois :  +8% Taux de variation d'information
Source : Globenewswire.com - il y a 127 jour(s) - 60 Vues

EDF : Résultats annuels 2017 Objectifs financiers 2017 atteints. Objectifs 2018 confirmés Plan de performance en avance

        COMMUNIQUE DE PRESSE
16 février 2018
 
 
 

Résultats annuels 2017
Objectifs financiers 2017 atteints. Objectifs 2018 confirmés
Plan de performance en avance

Chiffres clés 2017   Faits marquants
 

EBITDA  13,7 Mds€
-14,8 % organique[1]
-10,0 % hors régularisation tarifaire[2] en France
  Renforcement du bilan et déploiement du plan de performance Augmentation de capital et dividendes 2015-2017 en actions : ~9 Mds€ ; Cessions d'actifs de 6,2 Mds€ sur l'exercice 2017 : 80 % de l'objectif 2015-2020 atteint à mi-parcours (soit 8,1 Mds€) ; Réduction des Opex7 et optimisation du BFR : objectifs atteints avec un an d'avance. Accélération dans le solaire et l'éolien Croissance de la capacité nette installée ( 23 % soit 1,6 GW)[3] à 8,8 GW, et de l'électricité produite ( 13 % à 13,8 TWh)[4] ; Portefeuille en construction d'EDF EN : 1,9 GW bruts ; Pipeline d'EDF EN : 22,5 GW ( 22 %) ; Acquisition de Futuren (éolien terrestre) et OWS (maintenance éolien offshore) ; Plan Solaire d'EDF en France : 30 GW sur 2020-2035. Ambitions stratégiques confirmées Signature de l'acquisition de Gas Natural Vendita Italia en Italie (réalisation attendue fin février 2018) et acquisition d'Imtech au Royaume-Uni ; Offensive commerciale : nouvelles offres « Vert Electrique » et adaptation rapide des coûts commerciaux dans un contexte de concurrence accrue en France. Filière nucléaire française renforcée Acquisition de Framatome et recentrage sur son métier de chaudiériste ; Reprise de la fabrication des pièces forgées du site du Creusot autorisée par l'ASN ; Création d'Edvance : rapprochement des ingénieries d'EDF et de Framatome afin de gagner en efficacité et en compétitivité ; Avancement conforme du projet Flamanville 3. Premières évolutions politiques et réglementaires Mise en place du marché de capacité en France en 2017, et autorisation de la Commission européenne obtenue en Italie et en Belgique en 2018 ; Simplification annoncée du cadre réglementaire pour le développement des énergies renouvelables en France ; Réforme du mécanisme d'échange de quotas d'émission de CO2 de l'Union Européenne ; En France, report de l'objectif 2025 sur la réduction de la part du nucléaire dans l'attente de la PPE (Programmation Pluriannuelle de l'Énergie).
Résultat net courant[5]

 
2,8 Mds€
-31,0 %
Résultat net part du Groupe  3,2 Mds€
11,3 %
Endettement financier net[6]  33,0 Mds€
Endettement financier net/EBITDA  2,4 x
Dividende proposé au titre de 2017  0,46 €/action
  soit un taux de distribution de 60 %
   
Production électrique
Nucléaire France :   379,1 TWh
Nucléaire Royaume-Uni :  63,9 TWh
Hydraulique France :   37,1 TWh
EDF Énergies Nouvelles :   12,6 TWh
 

-1,3 %
-1,8 %
-12,5 %
10,9 %
   
Plan de performance

 

Charges opérationnelles[7]  -0,7 Md€ vs 2015
objectif initial atteint avec 1 an d'avance

Plan d'optimisation BFR  1,9 Md€ vs 2015
objectif dépassé avec 1 an d'avance

Cessions d'actifs réalisées (2015-2017) ~8,1 Mds€[8]
de 80 % de l'objectif atteint à mi-parcours

.


Objectifs 2018 confirmés

 
Charges opérationnelles7 :  -0,8 Md€ par rapport à 2015 EBITDA[9] :    14,6 - 15,3 Mds€ Cash flow9,[10] hors Linky[11], nouveaux développements et plan de cession d'actifs 2015-20 :  ~0 Cessions d'actifs depuis 2015   ~10 Mds€[12] Investissements nets hors Linky11, nouveaux développements et plan de cession d'actifs 2015-20 :  ~11 Mds€ Investissements nets totaux hors acquisitions et hors plan de cession d'actifs 2015-20   <=15 Mds€ Endettement financier net/EBITDA9:  <= 2,7x Taux de distribution cible du résultat net courant[13] :  50 %

Le Conseil d'administration d'EDF, réuni le 15 février 2018 sous la présidence de Jean-Bernard Lévy, a arrêté les comptes consolidés de l'exercice clos le 31 décembre 2017.

Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d'EDF a déclaré : « Conformes à nos prévisions, les résultats 2017 démontrent la solidité d'EDF, une nouvelle fois bénéficiaire, dans un contexte de marché difficile. Poursuivant le déploiement de sa stratégie CAP 2030 et la bonne exécution de son plan de performance, le Groupe a renforcé son bilan en réduisant son endettement financier de 4,4 Md€ en 2017. Nous engageons une accélération sans précédent dans les énergies renouvelables avec le lancement du Plan Solaire d'EDF, ainsi que le renforcement de nos initiatives commerciales. S'appuyant sur des équipes mobilisées au service de la transition énergétique et sur une filière nucléaire refondée, EDF dispose ainsi de bases solides pour réussir le rebond attendu en 2018. »

Évolution des résultats du groupe EDF

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation
(%)
Variation organique
(%)
1
Variation organique
(%)

Hors régularisation tarifaire2 en France
Chiffre d'affaires 71 203 69 632 -2,2 -1,0 0,4
EBITDA 16 414 13 742 -16,3 -14,8 -10,0
EBIT 7 514 5 637 -25,0  
Résultat net part du Groupe 2 851 3 173 11,3    
Résultat net courant3 4 085 2 820 -31,0  

Évolution de l'EBITDA du groupe EDF

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation organique (%)1 Variation organique
(%)

Hors régularisation tarifaire2 en France
France - Activités de production et commercialisation 6 156 4 876 -20,8 -7,9
France - Activités régulées 5 102 4 898 -4,0 -3,8
Royaume-Uni 1 713 1 035 -33,3  
Italie 641 910 42,1  
Autres métiers 2 091 1 566 -24,7  
dont EDF Énergies Nouvelles 861 751 -14,8  
dont Dalkia 252 259 -1,6  
dont EDF Trading 729 358 -46,8  
International 711 457 -17,9  
Total Groupe 16 414 13 742 -14,8 -10,0


 
  



Les résultats de l'année 2017 sont conformes aux attentes malgré le recul de la production nucléaire et hydraulique en France et des conditions de prix dégradées sur presque toutes les géographies du Groupe. Les actions d'optimisation opérationnelle et l'accélération de la baisse des coûts ont permis de dégager un EBITDA
de 13,7 milliards d'euros en ligne avec les objectifs initiaux.

L'EBITDA du segment France - Activités de production et commercialisation s'élève à 4 876 millions d'euros. Retraité de l'impact de la régularisation tarifaire[14] intervenue en 2016, il est en diminution organique de 7,9 %. Cette évolution est principalement liée au recul de la production nucléaire et hydraulique, à l'impact de l'achat des volumes nécessaires à la couverture des souscriptions ARENH dans un contexte de marché tendu et, dans une moindre mesure, à des conditions défavorables sur le marché aval.

L'EBITDA du segment France - Activités régulées[15] atteint 4 898 millions d'euros. Retraité de la régularisation tarifaire14 intervenue en 2016, il est en diminution organique de 3,8 %. Le tassement des volumes acheminés par Enedis, l'impact des tempêtes et ouragans et des éléments favorables en 2016 sans équivalent en 2017 expliquent cette évolution.

Au Royaume-Uni, l'EBITDA s'élève à 1 035 millions d'euros, en baisse organique de 33,3 %, due essentiellement à l'impact significatif de la baisse des prix réalisés du nucléaire.

En Italie, l'EBITDA est en hausse organique de 42,1 %, à 910 millions d'euros en raison notamment d'une évolution favorable des prix de vente d'électricité et de l'optimisation des moyens de production gaz. La performance des activités exploration et production dans les hydrocarbures, dans un contexte marqué par la hausse à la fois du prix du gaz et du brent et de la production liée à la mise en service d'une nouvelle plateforme, contribue également à cette évolution favorable de l'EBITDA.

La performance d'EDF Énergies Nouvelles est soutenue par une production d'électricité renouvelable en hausse
de 11 %, en lien avec une augmentation de 1,6 GW des capacités nettes installées atteignant ainsi 7,8 GW. L'EBITDA s'élève à 751 millions d'euros, en baisse organique de 14,8 %, le recul s'expliquant par la réduction du rythme de rotation d'actifs. L'EBITDA de production progresse de 8,5% en organique, à 741 millions d'euros.

L'EBITDA du segment Autre international s'élève à 457 millions d'euros, en baisse organique de 17,9 %, principalement du fait de la baisse des prix de l'électricité et d'une moindre production en Belgique. La révision défavorable de l'index du prix du contrat de vente d'électricité au Brésil a également contribué à la baisse.

Performance opérationnelle 

En France, la production nucléaire s'établit à 379,1 TWh en recul de -1,3 % (4,9 TWh) par rapport à 2016.

En 2017, la production nucléaire a été affectée par des indisponibilités techniques (notamment avec les arrêts fortuits de longue durée de Flamanville 1 et Cattenom 1) et par des prolongations d'arrêts pour maintenance sur plusieurs réacteurs. La mise à l'arrêt provisoire des quatre réacteurs de Tricastin, suite à la demande de l'ASN, a également conduit à une perte de production de 6 TWh sur le dernier trimestre.

La production hydraulique s'élève à 37,1 TWh[16], en baisse de 5,3 TWh par rapport à 2016 du fait de conditions hydrologiques particulièrement défavorables, 2017 étant l'année la plus sèche depuis 2011.

En complément, les centrales thermiques ont été plus fortement sollicitées. Leur production, en hausse
de 4,1 TWh par rapport à 2016, atteint 16,1 TWh.

Au Royaume-Uni, la production nucléaire de 63,9 TWh confirme la bonne performance opérationnelle. Elle est en légère baisse de 1,2 TWh par rapport à une année 2016 record du fait notamment d'un faible niveau d'arrêts planifiés en 2016 et en raison de la prolongation de l'arrêt de Sizewell B fin 2017.

La production d'EDF Énergies Nouvelles s'élève à 12,6 TWh, en augmentation de 11 % par rapport à 2016.

En France, dans un contexte d'intensité concurrentielle croissante, la part de marché sur le segment des clients particuliers est de 85,5 % soit une perte nette d'environ un million de clients. Sur le segment des clients professionnels, la part de marché résiste bien et se situe à un niveau de 64,6 %, grâce notamment à des reconquêtes de clients. Le groupe EDF a mis en place un plan de risposte avec le lancement de nouvelles offres (notamment « Vert électrique ») et une adaptation rapide des coûts commerciaux. En Europe, le Groupe résiste bien sur le segment des clients particuliers notamment au Royaume-Uni, en Belgique et en Italie, où l'acquisition en cours de GNVI apportera un relais de croissance à partir de 2018.

La croissance du chiffre d'affaires de Dalkia ( 6,1 % en variation organique) est notamment portée par le développement des activités dans les réseaux de chaleur et de froid, de nouveaux contrats dans l'industrie et à l'international, et l'acquisition d'Imtech au Royaume-Uni. Par ailleurs la part des énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique représente 37 %, soit 8 % par rapport à 2016. Citelum a signé de nombreux contrats en 2017 avec notamment la ville de Dijon, la ville de Mexico et la ville d'Albuquerque. Fenice a renouvelé le contrat avec FIAT pour 5 ans renouvelable une fois.

Résultat Net

Le résultat financier est en amélioration de 1 097 millions d'euros par rapport à 2016 grâce notamment à une augmentation des plus-values de cession d'actifs dédiés et à une moindre charge de désactualisation en raison principalement d'une baisse du taux d'actualisation des provisions nucléaires en France au 31 décembre 2017 par rapport à la clôture annuelle précédente (-0,1 % en taux réel) moins prononcée que celle constatée au 31 décembre 2016 (-0,2 %).

Le résultat net courant s'établit à 2 820 millions d'euros en 2017, en baisse de 31,0 % par rapport à 2016. Il intègre la baisse de l'EBITDA qui est partiellement compensée par l'amélioration du résultat financier et par la baisse de l'impôt sur les sociétés.

Le résultat net part du Groupe s'élève à 3 173 millions en 2017, en hausse de 322 millions d'euros par rapport
à 2016 ( 11,3 %), grâce en particulier à l'effet positif de la plus-value enregistrée au titre de la cession de 49,9 % de CTE[17].

Plan de performance en avance

L'année 2017 a été marquée par des progrès décisifs dans le déploiement du plan de performance annoncé en avril 2016. En premier lieu, les charges opérationnelles[18] ont été réduites de 431 millions d'euros en 2017 par rapport à 2016, soit une réduction cumulée d'environ 706 millions d'euros entre 2015 et 2017. L'ensemble des segments contribuent à ce résultat avec en particulier une baisse des charges opérationnelles en 2017 de 5,2 % sur le segment France - Activités de production et commercialisation, notamment grâce à une baisse du coût des fonctions support et à l'adaptation des coûts des fonctions commerciales. L'Italie affiche une baisse de 4,1 %, la Belgique de 3,0 %.

Par ailleurs les plans d'optimisation ont un impact positif de 431 millions d'euros sur le besoin en fonds de roulement en 2017, soit une optimisation cumulée de 1,9 milliard d'euros sur la période 2015-2017, ce qui permet de dépasser l'objectif avec un an d'avance.

Enfin, le plan de cessions se déroule avec succès puisqu'il atteint 8,1 milliards d'euros de cessions réalisées sur la période 2015 - 2017, soit déjà plus de 80 % de l'objectif 2020 atteint à mi-parcours.


Dividende proposé au titre de 2017 : 0,46 euro par action, soit un taux de distribution
de 60 %, avec option de paiement en actions nouvelles

Le Conseil d'administration d'EDF du 15 février 2018 a décidé de proposer à l'Assemblée générale mixte des actionnaires du 15 mai 2018 le versement d'un dividende de 0,46 euro par action au titre de l'exercice 2017, correspondant à 60 % de taux de distribution du résultat net courant[19].

En tenant compte de l'acompte sur dividende de 0,15 euro par action payé en décembre 2017, le solde du dividende à distribuer au titre de l'exercice 2017 s'élève à 0,31 euro par action pour les actions bénéficiant du dividende ordinaire.

Sous réserve de l'approbation de l'Assemblée générale, conformément à l'article L. 232-18 du code de commerce et à l'article 25 des statuts de la Société, le Conseil d'administration d'EDF du 15 février 2018 a décidé de proposer à chaque actionnaire la possibilité d'opter pour le paiement en actions nouvelles de la Société du solde du dividende à distribuer au titre de l'exercice clos le 31 décembre 2017. En cas d'exercice de l'option, les actions nouvelles seront émises à un prix égal à 90 % de la moyenne des premiers cours cotés de l'action EDF sur le marché réglementé d'Euronext Paris lors des vingt séances de bourse précédant le jour de l'Assemblée, diminuée du montant du solde du dividende restant à distribuer au titre de l'exercice 2017, le tout arrondi au centime d'euro supérieur.

Le Conseil d'administration d'EDF du 15 février 2018 a fixé les modalités de règlement du solde du dividende au titre de l'exercice 2017 qui seront proposées au vote des actionnaires lors de l'Assemblée générale
du 15 mai 2018 :

  • détachement des dividendes (ordinaire et majoré) le 25 mai 2018 ;
  • période d'exercice de l'option de paiement en actions nouvelles du 25 mai au 11 juin 2018 inclus ;
  • mise en paiement du solde du dividende et règlement-livraison des actions le 19 juin 2018.

Cash flow et Endettement financier

Les investissements nets totaux y compris acquisitions et hors plan de cession d'actifs s'élèvent à 16 milliards d'euros. Compte tenu des cessions d'actifs significatives réalisées en 2017 (6 193 millions d'euros en 2017 contre 1 139 millions d'euros en 2016), les investissements et acquisitions nets totaux s'élèvent à 9 810 millions d'euros en 2017 contre 11 663 millions d'euros en 2016. Par ailleurs, le total des investissements nets, hors Linky[20], nouveaux développements[21] et hors plan de cession d'actifs 2015-2020, s'élève à 11 968 millions d'euros, en légère hausse de 1,3 % par rapport à 2016, en lien avec l'accélération des investissements dans le renouvelable.

Le cash flow après investissements nets s'établit à 1 853 millions d'euros, en amélioration significative
de 2 392 millions d'euros, malgré la baisse de l'EBITDA, principalement grâce aux cessions d'actifs réalisées
en 2017 et à l'encaissement de l'essentiel de la régularisation tarifaire[22] intervenue en 2016. Le cash flow Groupe[23] s'élève à -209 millions d'euros, en amélioration de 1 356 millions d'euros malgré la dotation aux actifs dédiés
de 1 095 millions d'euros demandée par courrier ministériel du 10 février 2017.

  31/12/2016 31/12/2017
Endettement financier net[24] (en milliards d'euros) 37,4 33,0
Endettement financier net/EBITDA 2,3x 2,4x

L'endettement financier net du Groupe s'élève à 33,0 milliards d'euros à fin 2017. Il était de 37,4 milliards d'euros au 31 décembre 2016. Cette amélioration résulte principalement de l'augmentation de capital de 4 milliards d'euros et des cessions d'actifs réalisées en 2017. Le ratio d'endettement financier net/EBITDA s'élève à 2,4x
au 31 décembre 2017.

Perspectives

Le Groupe poursuit le déploiement de son plan stratégique et confirme ses objectifs pour 2018[25] :

  • Charges opérationnelles[26] : réduction de 800 millions d'euros par rapport à 2015
  • EBITDA[27] : compris entre 14,6 et 15,3 milliards d'euros
  • Cash flow27,[28] hors Linky[29], nouveaux développements et plan de cession d'actifs 2015-20 : légèrement positif ou proche de l'équilibre
  • Plan de cession d'actifs : environ 10 milliards sur 2015-2018[30]
  • Investissements nets hors Linky29, nouveaux développement et plan de cession d'actifs 2015-20 : environ 11 milliards d'euros
  • Investissements nets totaux hors acquisitions et hors plan de cession d'actifs 2015-20 : inférieur ou égal à 15 milliards d'euros
  • Ratio d'endettement financier net sur EBITDA27 : inférieur ou égal à 2,7x
  • Taux de distribution cible du résultat net courant[31] : 50 %

Dans un contexte marqué par un recul attendu de la production nucléaire en France par rapport à 2018, en 2019 les mesures de réduction des charges opérationnelles26 seront amplifiées, l'objectif étant revu à la hausse
à 1,1 milliard d'euros par rapport à 2015.

Le taux de distribution cible 2019 du résultat net courant31 est confirmé à 45 %-50 %.

Principaux résultats du Groupe par segment

France - Activités de production et de commercialisation 

 

 

 

(en millions d'euros)
2016 2017 Variation organique (%)[32] Variation organique (%)
Hors régularisation tarifaire[33]
Chiffre d'affaires 35 191 35 606 1,2 4,1
EBITDA 6 156 4 876 -20,8 -7,9

Le chiffre d'affaires du segment France - Activités de production et commercialisation s'élève à 35 606 millions d'euros. Retraité de l'impact de la régularisation tarifaire33 intervenue en 2016, il est en augmentation organique
de 4,1 %. L'EBITDA s'élève à 4 876 millions d'euros. Retraité de l'impact de la régularisation tarifaire33 à hauteur de 859 millions d'euros, il est en baisse organique de -7,9 %.

La baisse de la production nucléaire et hydraulique par rapport à 2016 a pénalisé l'EBITDA d'un montant estimé
de -504 millions d'euros.

Par ailleurs, l'EBITDA diminue d'environ 311 millions d'euros par rapport à 2016 par l'effet net des interventions sur les marchés de gros, notamment du fait d'achats supplémentaires, dans un contexte de prix élevés, nécessaires pour l'approvisionnement des souscriptions ARENH 2017. Ces achats ont également visé à pallier la moindre production nucléaire liée aux contrôles supplémentaires en lien avec la problématique ségrégation carbone, notamment au premier semestre. Cet effet est partiellement compensé au second semestre 2017, le dernier trimestre 2016 ayant été marqué par des rachats à prix particulièrement élevés liés à la moindre disponibilité du parc nucléaire.

L'intensité concurrentielle croissante qui s'est traduite par une perte nette d'environ un million de clients résidentiels, ainsi que les effets prix négatifs sur les nouvelles offres, ont affecté l'EBITDA pour un montant net estimé de -341 millions d'euros.

L'évolution des tarifs, hors prise en compte de la capacité dans l'empilement tarifaire, conduit à une baisse estimée de -363 millions[34] d'euros par rapport à 2016.

La mise en place du mécanisme de capacité au 1er janvier 2017 a un impact favorable pour un montant estimé
de 580 millions d'euros sur l'année 2017. Le prix de la capacité est intégré dans les tarifs et les offres à prix de marché. Par ailleurs, les excédents de capacité sont valorisés sur les marchés de gros.

Le climat, généralement plus doux qu'en 2016, le pic de froid du début de l'année 2017, ainsi que l'effet année bissextile en 2016, ont pesé négativement pour un montant estimé de 186 millions d'euros sur l'année 2017 par rapport à 2016.

Dans le cadre du plan de performance du groupe EDF, les charges opérationnelles[35] ont diminué d'un montant estimé de 494 millions d'euros, soit -5,2 %, grâce à des actions de performance opérationnelle et à la maîtrise de la masse salariale. Ces actions sont engagées dans toutes les entités, avec notamment une baisse du coût des fonctions support et l'adaptation des coûts des fonctions commerciales.

France - Activités régulées[36]

 

 

 

(en millions d'euros)
2016 2017 Variation organique (%)[37] Variation organique (%)
Hors régularisation tarifaire[38]
Chiffre d'affaires 15 728 15 896 1,1 1,3
EBITDA 5 102 4 898 -4,0 -3,8

Le chiffre d'affaires 2017 du segment France - Activités régulées, s'élève à 15 896 millions d'euros. Retraité de l'impact de la régularisation tarifaire38 relatif à Électricité de Strasbourg intervenue en 2016, il est en augmentation organique de 1,3 %.

L'EBITDA s'élève à 4 898 millions d'euros. Retraité de l'impact de la régularisation des tarifs réglementés, il est en baisse organique de 3,8 % avec notamment un effet défavorable lié à la baisse des volumes acheminés par Enedis[39] de 42 millions d'euros[40]. La demande est en diminution de 0,4 TWh (soit -0,2 %). Pour mémoire, les impacts liés à la baisse de la demande sont éligibles au mécanisme de rattrapage tarifaire (CRCP).

L'année 2017 a également été marquée par des tempêtes d'intensité exceptionnelle en France métropolitaine avec un impact négatif estimé à -60 millions d'euros correspondant aux coûts d'exploitation liés aux interventions et aux indemnités de coupure en métropole. Les ouragans sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont pesé pour un coût estimé de -23 millions d'euros.

L'ensemble des éléments défavorables ne sont que partiellement compensés par les hausses des tarifs pour Enedis en lien avec l'entrée en vigueur de TURPE 5 au 1er août 2017 (augmentation du tarif d'acheminement sur le réseau de distribution de 2,71 %) d'un montant estimé de 102 millions d'euros.

La baisse résiduelle de l'EBITDA à hauteur de 168 millions d'euros est essentiellement liée à des éléments favorables en 2016, sans équivalent en 2017, principalement en lien avec les activités insulaires.

Royaume-Uni 

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires 9 267 8 688 -0,8
EBITDA 1 713 1 035 -33,3

La contribution du Royaume-Uni au chiffre d'affaires du Groupe s'élève à 8 688 millions d'euros en 2017, en baisse organique de 0,8 % par rapport à 2016. L'EBITDA s'élève à 1 035 millions d'euros, en baisse organique de 33,3 % par rapport à 2016.

L'EBITDA est pénalisé par le recul de la marge énergie principalement lié à la baisse des prix réalisés du nucléaire (-12 %). La production nucléaire s'élève à 63,9 TWh, confirmant la bonne performance du parc, après une année 2016 exceptionnelle.

Le nombre de comptes clients résidentiels est en légère baisse par rapport à fin décembre 2016, reflet d'une bonne résistance dans un contexte fortement concurrentiel. Par ailleurs la consommation diminue en raison du développement de l'efficacité énergétique.

Par ailleurs, la garantie de l'Infrastructure and Projects Authority (IPA) octroyée dans le cadre du projet HPC a été formellement annulée le 5 février 2018 à la demande d'EDF.

Italie 

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires 11 125 9 940 -10,6
EBITDA 641 910 42,1

En Italie, le chiffre d'affaires 2017 s'élève à 9 940 millions d'euros, en baisse organique de 10,6 % par rapport
à 2016, en raison d'une part de la baisse du revenu des activités « électricité » du fait de moindres volumes vendus, et d'autre part de la composante dérivés des couvertures, qui est sans impact significatif sur la marge. L'EBITDA est en hausse organique de 42,1 %, à 910 millions d'euros.

Dans les activités Électricité, l'EBITDA est en hausse organique de 26 millions d'euros soit 10,0 % par rapport à 2016. Il bénéficie de l'évolution favorable des prix de vente et de l'optimisation des moyens de production gaz. Par ailleurs, la production hydroélectrique se situe à un niveau faible en 2017.

L'EBITDA des activités Hydrocarbures ressort lui aussi en hausse organique de 96 millions d'euros soit 19,7% par rapport à 2016, bénéficiant de l'évolution favorable des prix du gaz et du brent et d'une hausse des volumes produits suite à la mise en service d'une nouvelle plateforme en Égypte. Les coûts de maintenance de l'activité exploration-production ont également été optimisés.

Par ailleurs, l'EBITDA bénéficie de l'effet positif de la cession du siège à Milan pour un montant d'environ 100 millions d'euros[41].


Autres métiers

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires
dont EDF Énergies Nouvelles
dont Dalkia
7 734
1 169
3 600
7 813
1 280
4 051
-1,0
3,6
6,1
EBITDA
dont EDF Énergies Nouvelles
dont Dalkia
2 091
861
252
1 566
751
259
-24,7
-14,8
-1,6

Le chiffre d'affaires du segment Autres métiers s'élève à 7 813 millions d'euros, en baisse organique de 1,0 % par rapport à 2016. L'EBITDA est en baisse organique de 24,7 %, à 1 566 millions d'euros.

La contribution d'EDF Énergies Nouvelles à l'EBITDA du Groupe s'élève à 751 millions d'euros, en baisse organique de 127 millions d'euros (-14,8 %) par rapport à 2016, du fait de moindres cessions d'actifs par rapport à une année 2016 soutenue. En revanche, la production (y compris Futuren) marque une forte croissance de près
de 11 % (soit 1,2 TWh) et contribue à l'EBITDA 2017 à hauteur de 741 millions d'euros. Les cessions d'actifs couvrent par ailleurs les frais de structure et de développement. Dans ce contexte, les capacités nettes installées progressent de 1,6 GW par rapport à fin 2016 et s'établissent à 7,8 GW. Le portefeuille en construction s'établit
à 1,9 GW brut avec une part significative dans le solaire à hauteur de 0,9 GW.

L'EBITDA de Dalkia s'établit à 259 millions d'euros, en baisse organique de 4 millions d'euros (-1,6 %). La signature ou le renouvellement de nombreux contrats commerciaux, l'évolution favorable de l'indexation contractuelle des prestations de services et l'effet positif de la hausse du prix de l'énergie ont contribué favorablement à l'évolution de l'EBITDA. Cependant, cette performance financière est pénalisée par des difficultés opérationnelles ponctuelles sur un contrat porté par une filiale.

L'EBITDA d'EDF Trading s'élève à 358 millions d'euros en 2017, en baisse organique de 46,8 % après un exercice 2016 exceptionnel caractérisé par une forte hausse des prix de l'électricité et de la volatilité en Europe en fin d'année, ainsi qu'en raison des conditions de marché difficiles en Amérique du Nord. Une réorganisation est en cours sur cette région. Dans le cadre d'un nouveau partenariat stratégique, le groupe EDF et JERA ont intégré en avril 2017 leurs activités de négoce et trading de charbon au sein d'une joint-venture dont EDF Trading
détient 33 % du capital.


Autre international

(en millions d'euros) 2016 2017 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires
dont Belgique
dont Brésil
5 286
3 203
488
4 822
3 375
453
0,5
4,7
-14,3
EBITDA
dont Belgique
dont Brésil
711[42]
205
190
457[43]
145
150
-17,9
-30,2
-28,4

Le chiffre d'affaires du segment Autre international s'élève à 4 822 millions d'euros, en hausse organique de 0,5 % par rapport à 2016. L'EBITDA est en baisse organique de 17,9 %, et s'élève à 457 millions d'euros.

En Belgique, l'EBITDA est en baisse organique de 30,2 % à 145 millions d'euros du fait principalement de la baisse des prix d'électricité et d'une moindre production nucléaire liée au programme de maintenance et notamment aux arrêts programmés et fortuits de Doel 3. L'éolien poursuit sa croissance grâce à l'augmentation des capacités installées qui atteignent 376 MW à fin décembre 2017, soit 25 % par rapport au 31 décembre 2016.

L'EBITDA du Brésil est pénalisé par la baisse du tarif du contrat de vente d'électricité de Norte Fluminense suite à sa révision annuelle, après une année 2016 exceptionnelle. Cet élément est partiellement compensé par l'optimisation opérée sur les marchés compte tenu des prix spot élevés dans un contexte d'indisponibilité fortuite à son plus bas niveau et par une baisse continue des charges opérationnelles.

À noter que l'année 2017 a été marquée par la cession des actifs d'EDF Polska, réalisée le 13 novembre 2017[44].


Principaux faits marquants[45] postérieurs
à la communication du troisième trimestre 2017

Événements majeurs

  • Le groupe EDF a lancé le Plan Solaire pour développer 30 GW d'énergie solaire en France d'ici à 2035
    (cf. communiqué de presse (CP) du 11 décembre 2017).
  • EDF a confirmé l'objectif d'EBITDA 2017 (cf. CP du 15 décembre 2017).
  • Filière Nucléaire :
    • Framatome a annoncé la poursuite de la montée en puissance des fabrications sur son site du Creusot. (cf. CP du 25 janvier 2018).
    • Framatome a annoncé qu'il va acquérir l'activité nucléaire de contrôle-commande de Schneider Electric
      (cf. CP du 18 janvier 2018). 
    • EDF a achevé la phase des essais à froid de l'EPR de Flamanville (cf. CP du 8 janvier 2018).
    • New NP, filiale d'AREVA NP, est devenue Framatome, société dont le capital est détenu par le groupe EDF (75,5 %), Mitsubishi Heavy Industries (19,5 %) et ASSYSTEM (5 %), (cf. CP du 4 janvier 2018 disponible sur le site internet http://www.framatome.com).
    • Le 31 décembre 2017, EDF a réalisé l'acquisition d'une participation de 75,5 % au capital de Framatome (ex New NP) (cf. CP du 2 janvier 2018).
  • Edison a cédé son siège social de Milan (cf. CP d'Edison du 21 novembre 2017 disponible sur le site www.edison.it).

Participations, partenariats et projets d'investissement

Développement des énergies renouvelables, EDF Énergies Nouvelles[46]

  • Le 14 février 2018, EDF Énergies Nouvelles et Asian Clean capital ont annoncé la création d'une filiale commune en Chine (Energie solaire répartie).
  • Le 31 janvier 2018, EDF Énergies Nouvelles a mis en service un parc éolien de 200 MW aux États-Unis.
  • Le 15 janvier 2018, EDF Énergies Nouvelles a mis en service une centrale solaire de 115 MWc au Chili.
  • Le 11 janvier 2018, EDF Énergies Nouvelles a mis en service un parc éolien de 224 MW au Canada.
  • Le 8 janvier 2018, EDF Énergies Nouvelles a annoncé que Photowatt[47], s'est engagé dans un nouveau projet de développement industriel et d'innovation.
  • Le 14 décembre 2017, EDF Renewable Energy, filiale nord-américaine d'EDF Énergies Nouvelles, et
    Kimberly-Clark ont annoncé la mise en service du parc éolien de Rock Falls aux États-Unis.
  • Le 30 novembre 2017, EDF Renewable Energy, filiale nord-américaine d'EDF Énergies Nouvelles, a signé un contrat avec GOOGLE portant sur la fourniture de 200 MW d'énergie éolienne aux États-Unis.

Développement des services énergétiques

  • Le 9 janvier 2017, EDF a renforcé sa position en Chine avec deux nouveaux contrats dans les services énergétiques.

Développement durable

  • Le 15 janvier 2018, le groupe EDF a lancé Vert Électrique Auto grâce à une solution d'itinérance proposée par Sodetrel, filiale d'EDF.
  • Le 11 décembre 2017, le groupe EDF a annoncé qu'il va convertir l'intégralité de son parc automobile à l'électrique d'ici 2030.
  • Le 11 décembre 2017, les émetteurs industriels de 26 milliards d'euros de « green bonds » se sont engagés à poursuivre le développement d'un des segments les plus dynamiques du financement durable d'aujourd'hui, à savoir le marché des obligations vertes.

Autres événements marquants

  • Le 6 février 2018, le groupe EDF a remporté auprès de SOGIN[48] son premier contrat de traitement des déchets nucléaires.
  • Le 19 janvier 2018, forts de leur succès en Côte d'Ivoire, EDF et OGE se sont lancés sur le marché du off-grid au Ghana.


ANNEXES :

Compte de résultat consolidé

(en millions d'euros)   2017 2016
Chiffre d'affaires   69 632 71 203
Achats de combustible et d'énergie   (37 641) (36 050)
Autres consommations externes   (8 739) (8 902)
Charges de personnel   (12 456) (12 543)
Impôts et taxes   (3 541) (3 656)
Autres produits et charges opérationnels   6 487 6 362
Excédent brut d'exploitation   13 742 16 414
Variations nettes de juste valeur sur instruments dérivés énergie et matières premières hors activités de trading   (355) (262)
Dotations aux amortissements   (8 537) (7 966)
Dotations nettes aux provisions pour renouvellement des immobilisations en concession   (58) (41)
(Pertes de valeur)/reprises   (518) (639)
Autres produits et charges d'exploitation   1 363 8
Résultat d'exploitation   5 637 7 514
Coût de l'endettement financier brut   (1 778) (1 827)
Effet de l'actualisation   (2 959) (3 417)
Autres produits et charges financiers   2 501 1 911
Résultat financier   (2 236) (3 333)
Résultat avant impôts des sociétés intégrées   3 401 4 181
Impôts sur les résultats   (147) (1 388)
Quote-part de résultat net des entreprises associées et des coentreprises   35 218
RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ   3 289 3 011
Dont résultat net - part du Groupe   3 173 2 851
Dont résultat net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle   116 160
 

 
     
Résultat net part du Groupe par action en euros :      
Résultat par action   0,98 1,15
Résultat dilué par action   0,98 1,15


Bilan consolidé

<
Vendredi 16 février 2018, 07h45 - Source Globenewswire.com   - LIRE LA SUITE
ACTIF
(en millions d'euros)
  31/12/2017 31/12/2016
Goodwill   10 036 8 923
Autres actifs incorporels   8 896 7 450
Immobilisations en concessions de distribution publique d'électricité en France   54 739 53 064
Immobilisations en concessions des autres activités   7 607 7 616
Immobilisations de production et autres immobilisations corporelles du domaine propre   75 622 70 573
Participations dans les entreprises associées et les coentreprises   7 249 8 645
Actifs financiers non courants   36 787 35 129
Autres débiteurs non courants   2 168 2 268
Impôts différés actifs   1 220 1 641
Actif non courant   204 324 195 309
Stocks   14 138 14 101
Clients et comptes rattachés   23 411 23 296
Actifs financiers courants
Partager :





Flux Rss EDF :


Top Secteurs

EDF s'envole sur des rumeurs de scission Boursier.com
21 juin
EDF: signe un accord mondial d'employeur responsable Votreargent.fr
29 mai
EDF : une consolidation vers les supports est probable (AT) Boursier.com
30 mai
EDF: poursuit l'instruction pour l'EPR de Flamanville Votreargent.fr
31 mai
Nouveau retard à allumage pour le réacteur de Flamanville Lemonde.fr
31 mai
Nouveau retard pour l’EPR de Flamanville La-croix.com
31 mai
EDF : nouveau retard en vue pour l'EPR de Flamanville Boursier.com
01 juin
EPR de Flamanville: EDF maîtrise-t-elle vraiment son chantier ? Challenges.fr
08 juin
La France ne manquera pas d'électricité cet été, au contraire Boursier.com
25 mai
EDF remporte un contrat pour le développement d'un quartier durable à Moscou Boursier.com
28 mai


RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :


Référence client partenaire :



Communiqués Financiers :



2007 - 2018 | COMBourse.com