COMBourse calcule en temps réel le TOP des Sociétés les plus citées sur le Web COMBourse - Analyse graphique de l'actualite, des actions et des societes
RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :
Source : Globenewswire.com - il y a 191 jour(s) - 99 Vues

SODEXO : confirmation des résultats du premier semestre 2017-2018

Sodexo : confirmation des résultats
du premier semestre 2017-2018

Issy-les-Moulineaux, le 12 avril 2018 - SODEXO, (NYSE Euronext Paris FR0000121220-OTC: SDXAY). Lors de la réunion du Conseil d'Administration du 10 avril 2018, présidée par Sophie Bellon, le Conseil a arrêté les comptes consolidés du premier semestre 2017-2018 et Denis Machuel, Directeur Général, a présenté les performances du 1er semestre de l'exercice 2017-2018, clos le 28 février 2018.

Performances financières du premier semestre 2017-2018 :

En millions d'euros 1er semestre
2017 -2018
(clos le 28 février 2018)
1er semestre
2016-2017
(clos le 28 février 2017)
Variation
à taux courant
Variation
hors effet
de change
Chiffre d'affaires 10 293 10 634 -3,2 % 3,0 %
Croissance interne 1,7 % 0,0 %    
Résultat d'exploitation 627 738 -15,0 % -7,4 %
Marge d'exploitation 6,1 % 6,9 % -80 pbs -70 pbs
Autres produits et charges opérationnels (73) (153)    
Résultat opérationnel 554 586 -5,4 % 4,1 %
Résultat financier net (44) (56)    
Taux effectif d'impôt 25,9 % 32,6 %    
Résultat net part du Groupe 372 348 6,9 % 13,9 %
Liquidités générées par les opérations 125 30    
Ratio d'endettement 1,1 0,9    

Denis Machuel, Directeur Général de SODEXO, a déclaré :

« Les fondamentaux de SODEXO restent solides mais ces résultats identifient clairement les domaines dans lesquels nous devons nous améliorer. Nous nous mettons en ordre de bataille pour à la fois renouer avec la performance à court terme et stimuler notre croissance à plus longue échéance. Nous nous concentrons tout particulièrement sur l'amélioration de notre efficacité et de notre productivité. En même temps, nous renforçons notre culture axée sur le client et sur la performance, et nous redynamisons notre portefeuille clients. Tout en restant offensifs sur les grands contrats multi-services, nous devons davantage nous focaliser sur les contrats locaux, les contrats de taille moyenne, les contrats de restauration. Nous renforçons nos fondamentaux et investissons avec discipline dans nos ressources et moyens de développement afin de mieux tirer parti des multiples opportunités de croissance du marché grâce à notre positionnement de Qualité de Vie ».

Faits marquants

  • Le chiffre d'affaires du premier semestre de l'exercice 2017-2018 s'établit à 10,3 milliards d'euros, en recul de -3,2 % par rapport au 1er semestre de l'exercice précédent, dont un impact de change négatif de -6,2 %. Les acquisitions nettes des cessions contribuent à hauteur de 1,3 % avec la première consolidation de Centerplate depuis janvier. La croissance interne au premier semestre s'élève à 1,7 %, soit 1,9 % hors impact de la 53e semaine en Amérique du Nord. Hors Amérique du Nord, la croissance interne des Services sur Site atteint  4,4%.
  • La croissance interne de l'activité Services sur Site est de 1,6 % :
    • En Entreprises & Administrations, la croissance interne s'établit à 4,5 %, avec une performance solide sur l'ensemble des régions, notamment une forte progression dans les lounges d'aéroport, et une reprise modeste en France. Le segment Energie & Ressources est dynamique grâce à la montée en puissance des contrats signés l'année dernière, et ce malgré les difficultés persistantes en Mer du Nord.
    • Le segment Santé & Seniors est stable à -0,1 %. L'activité en Amérique du Nord reste faible en raison d'un développement limité et d'un manque de croissance sur sites existants, même si la fidélisation se maintient. En Europe, le chiffre d'affaires est stable, les gains de nouveaux contrats au Royaume-Uni ne compensant pas les pertes de contrats ailleurs dans la région. En Asie et au Brésil, le développement commercial ainsi que la croissance sur sites existants restent robustes.
    • En Education, la croissance interne est en retrait de -2,7 %. En Amérique du Nord, le segment est impacté par un jour travaillé en moins sur le premier semestre, et un faible taux de fidélisation en Université sur l'exercice précédent, alors que la croissance sur sites existants reste solide en Ecoles et Universités. En Europe, l'activité a bénéficié d'un impact calendaire positif de deux jours en Italie et en France. L'Asie se développe fortement.
  • Au premier semestre 2017-2018, la croissance interne de l'activité Services Avantages & Récompenses s'établit à 2,9%. En Europe, Asie et États-Unis, la croissance de 7,1 % est portée par l'Europe Centrale, ainsi que par la performance soutenue en Incentive & Recognition au Royaume-Uni. En Amérique latine, la croissance interne ressort à -2,0 %, impactée par la faiblesse persistante au Brésil.
  • À taux de change constant, le résultat d'exploitation diminue de -7,4 % et la marge s'inscrit en recul de 70 points de base. Cette baisse de la marge s'explique par :
    • Pour environ un tiers par des facteurs attendus, comme les taux d'intérêts plus faibles au Brésil, et la déconsolidation de certaines activités, plus particulièrement Vivabox dont la saisonnalité est plus forte au premier semestre.
    • Pour un autre tiers, par une détérioration en Santé et en Education en Amérique du Nord en raison des retards dans l'exécution des mesures d'amélioration de l'efficacité.
    • Et enfin, par une détérioration supplémentaire en raison d'un petit nombre de contrats majeurs récents qui n'atteint pas encore les niveaux de rentabilité prévus.
  • Le résultat net part du Groupe s'établit à 372 millions d'euros, en progression de 6,9 %, ou 13,9 % hors effets de change. Il bénéficie d'une diminution des éléments exceptionnels par rapport au 1er semestre de l'exercice précédent et d'une réduction significative de la charge d'impôts. Le résultat net ajusté du groupe est à 397 millions d'euros, en baisse de -13,4% ou -7,6% hors effet de change, globalement en ligne avec l'évolution du résultat d'exploitation.
  • Les activités du Groupe restent fortement génératrices de liquidités et le bilan est solide avec un ratio net d'endettement de 1,1 fois.
  • Évolutions au sein du Comité Exécutif
    • Denis Machuel a succédé à Michel Landel au poste de Directeur Général à l'issue de l'Assemblée Générale du 23 janvier 2018.
    • Satya-Christophe Menard a été nommé Directeur Général Écoles et Universités au niveau mondial au 1er avril 2018.
    • Sean Haley a été nommé Directeur Général Service Operations au niveau mondial au 1er avril 2018.
  • Les engagements de SODEXO en matière de responsabilité d'entreprise permettent au Groupe d'être classé numéro un de son secteur dans le « Sustainability Yearbook 2018 » de RobecoSAM pour la 11e année consécutive. SODEXO a également été désigné Supplier Engagement Leader par CDP (Carbon Disclosure Project) pour sa stratégie de réduction des émissions de carbone via sa chaîne d'approvisionnement.
  • Confiant dans l'avenir du Groupe, et compte tenu du bilan solide, le Conseil d'Administration a approuvé la mise en oeuvre d'un programme de rachat d'actions pour un montant de 300 millions d'euros.

Perspectives

Pour l'exercice 2017-2018, le Groupe table à présent sur une croissance interne du chiffre d'affaires comprise entre 1 % et 1,5 %, hors impact lié à la 53e semaine, et sur une marge d'exploitation autour de 5,7 %.

La révision des prévisions pour l'exercice 2017-2018 s'explique par la faiblesse de la croissance du chiffre d'affaires et la diminution des marges au premier semestre, en plus de l'amélioration retardée des mesures d'efficacité opérationnelle. La croissance du deuxième semestre va être impactée par un niveau relativement faible de nouvelles signatures, la faiblesse persistante de nos activités en Amérique du Nord, plus particulièrement en Santé & Seniors, un effet calendaire négatif en Education sur le troisième trimestre, l'impact des pertes de contrats au Royaume-Uni, ainsi que la fin de la montée en puissance de certains contrats en Energie & Ressources. Le manque de croissance au deuxième semestre, conjugué aux effets cumulés du décalage dans l'amélioration de l'efficacité opérationnelle et de la poursuite de la détérioration en Santé en Amérique du Nord nous conduisent à une révision à la baisse des marges.

Comme annoncé le 29 mars dernier, des plans d'actions à court terme ont été enclenchés pour résoudre les problèmes en Amérique du Nord. Certaines de ces mesures sont néanmoins déployées à l'ensemble des régions pour améliorer la performance du Groupe. Dans l'immédiat, nous mettons activement en oeuvre une série de mesures d'efficacité qui reposent sur les axes suivants :

  • Améliorer la gestion des denrées alimentaires, particulièrement en Amérique du Nord, par la rationalisation des SKU, une plus grande discipline dans le recours aux achats référencés, et l'accélération des synergies générées par les acquisitions.
  • Renforcer la productivité du travail par une meilleure planification et allocation du temps de travail sur sites, et une gestion plus rigoureuse des heures supplémentaires et du recours à l'intérim.
  • Optimiser les frais de fonctionnement hors sites avec la réduction immédiate des dépenses discrétionnaires et une approche plus long terme pour mieux adapter la taille des fonctions supports à celle de l'organisation.
  • Accroitre la contribution des contrats les moins performants par la mise en place de plans d'action détaillés, de renégociations avec les clients, et d'un suivi personnel par un membre du Comité Exécutif pour chacun de ces contrats.

Le Groupe travaille activement à la résolution des problèmes d'exécution en Amérique du Nord et renouvelle les équipes par la promotion des talents les plus expérimentés en interne et par le recrutement externe. Cela permettra d'injecter des nouvelles idées et approches de travail.

Ces plans d'actions porteront leur fruit dès l'exercice 2017-2018 et favoriseront l'amélioration progressive des marges. Ces mesures s'inscrivent dans un programme stratégique à long terme de développement de l'excellence opérationnelle.

Les perspectives pour l'exercice 2017-2018 ont été révisées afin de refléter les défis auxquels SODEXO est actuellement confronté. Dans le même temps, le Conseil d'administration et le Comité Exécutif restent très confiants dans les opportunités attractives de croissance à long terme. Le Groupe fera un point d'avancement sur ses plans d'actions à court terme et développera sa stratégie à long-terme lors de la Journée Investisseurs du 6 septembre 2018.

Conférence téléphonique

Sodexo tiendra aujourd'hui une conférence téléphonique (en anglais) à 9h00 (heure française), 8h00 (heure anglaise), afin de commenter les résultats du premier semestre 2017-2018.

Pour se connecter : composer le 44 (0)330 336 9411 (Royaume-Uni et International) ou le 01 76 77 22 57 (France), suivi du code 842 62 54.

Le communiqué de presse et le webcast différé de la conférence seront disponibles sur le site Internet du Groupe www.sodexo.com dans les rubriques « Dernières actualités » et « Finance - Résultats financiers ».

Prochains rendez-vous de communication financière

Chiffre d'affaires à neuf mois 2017-2018 Le 5 juillet 2018
Journée investisseurs Le 6 septembre 2018
Résultats annuels 2017-2018 Le 8 novembre 2018
Assemblée Générale 2019 Le 22 janvier 2019

À propos de Sodexo

Créé en 1966 à Marseille par Pierre Bellon, SODEXO est le leader mondial des services de Qualité de Vie, facteur essentiel de performance des individus et des organisations. Présent dans 80 pays, SODEXO sert chaque jour 100 millions de consommateurs avec une offre unique de Services sur Site, de Services Avantages et Récompenses et de Services aux Particuliers et à Domicile. Avec plus de 100 métiers, SODEXO propose à ses clients une offre intégrée de services, fruit de 50 ans d'expérience : de la restauration à l'accueil, la propreté, l'entretien et la maintenance technique des matériels et installations, des services et programmes stimulant l'engagement des collaborateurs aux solutions simplifiant et optimisant la gestion des déplacements et frais professionnels, jusqu'aux services d'aide à domicile, de crèches et de conciergerie. La réussite et la performance de SODEXO reposent sur son indépendance, son modèle économique durable, ainsi que sa capacité à assurer le développement et l'engagement de ses 427 000 collaborateurs à travers le monde.

Sodexo est membre des indices CAC 40 et DJSI.

Chiffres clés (au 31 août 2017)
20,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires consolidé
427 000 collaborateurs
19e employeur mondial
80 pays
100 millions de consommateurs chaque jour
11,8 milliards d'euros de capitalisation boursière (au 11 avril 2018)

Contacts

Analystes et Investisseurs Médias
Virginia JEANSON
Tél : 33 1 57 75 80 56
virginia.jeanson@sodexo.com
Laura SCHALK
Tél. : 33 1 57 75 85 69
laura.schalk@sodexo.com

1

     
  RAPPORT D'ACTIVITÉ
DU 1er SEMESTRE 2017-2018
 
     

Rapport d'activité du premier semestre 2017-2018

(1er septembre 2017 - 28 février 2018)

Analyse du chiffre d'affaires

Chiffre d'affaires par segment
(En millions d'euro)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne Croissance externe Effet de change Croissance totale
Entreprises & Administrations 5 295 5 196 4,5 % 2,6 % -5,2 % 1,9 %
Santé & Séniors 2 359 2 500 -0,1 % 1,2 % -6,7 % -5,6 %
Éducation 2 228 2 483 -2,7 % -0,3 % -7,3 % -10,3 %
Services sur Site 9 882 10 179 1,6 % 1,5 % -6,1 % -2,9 %
Services Avantages & Récompenses 413 457 2,9 % -5,1 % -7,3 % -9,6 %
Élimination (2) (2)        
TOTAL GROUPE 10 293 10 634 1,7 % 1,3 % -6,2 % -3,2 %

Le chiffre d'affaires consolidé du premier semestre 2017-2018 atteint 10,3 milliards d'euros, en baisse de -3,2 % par rapport au premier semestre 2016-2017. L'effet de change a un impact négatif à hauteur de -6,2 % en raison de la faiblesse des principales devises face à l'euro, en particulier, le dollar américain et le réal brésilien. La contribution des acquisitions nette des cessions est de 1,3 %. L'impact de la déconsolidation de Vivabox, particulièrement important au premier semestre en raison de la forte saisonnalité, et de certaines activités en Nouvelle-Calédonie, au Moyen-Orient et en Afrique l'année dernière a été plus que compensé par la contribution positive des récentes acquisitions The Good Eating Company, Morris Corporation, Centerplate et Kim Yew.

La croissance interne s'élève à 1,7 % ou 1,9 % hors impact de la 53e semaine en Amérique du Nord, ce qui représente 1 jour de moins pour le premier semestre.

Les Services sur Site augmentent de 1,6 %, avec une performance solide dans le segment Entreprises & Administrations, un chiffre d'affaires stable en Santé & Séniors et en retrait en Éducation en raison de l'impact négatif du solde net du développement lors du précédent exercice en Amérique du Nord. Les Services Avantages & Récompenses affichent une croissance interne de 2,9 %. La solidité de la croissance en Europe et aux États-Unis a plus que compensé la faiblesse enregistrée au Brésil imputable à la baisse des taux d'intérêt et l'absence d'amélioration du niveau du chômage.

Analyse de la croissance interne des Services sur Site

Entreprises & Administrations

Chiffre d'affaires par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne
Amérique du Nord 1 258 1 211 2,7 %
Europe 2 638 2 611 1,2 %
Afrique, Asie, Australie, Amérique latine, Moyen-Orient 1 399 1 374 12,4 %
Entreprises & Administrations 5 295 5 196 4,5 %

Le chiffre d'affaires du premier semestre de l'exercice 2017-2018 en Entreprises & Administrations s'élève à 5,3 milliards d'euros, en hausse de 4,5 % par rapport au premier semestre de l'exercice 2016-2017. Cette performance reflète la croissance dans toutes les régions, une forte progression dans les lounges d'aéroports et la croissance modeste en France. Le segment Energie & Ressources est dynamique grâce à la montée en puissance des contrats signés l'année dernière, et ce malgré les difficultés persistantes en offshore.

En Amérique du Nord, la croissance interne atteint 2,7 %. La croissance de ce trimestre a continué d'être portée par de nouveaux contrats pour les lounges des compagnies aériennes, ainsi que par la forte demande de services supplémentaires de facilities management de la part des clients Services aux entreprises. Le premier trimestre a aussi bénéficié d'un projet significatif alors que le deuxième trimestre a été pénalisé par la fermeture d'un site important pour l'activité onshore.

L'Europe progresse de 1,2 %. La France a renoué avec la croissance grâce à la reprise du tourisme à Paris, à l'amélioration de la contribution du solde net du développement et une hausse des ventes sur sites existants du segment Sports & Loisirs. Le segment Services aux Gouvernements bénéficie de la signature de nouveaux contrats majeurs. Cependant au Royaume Uni, la perte des contrats avec l'armée se fera ressentir à partir du second semestre. Le segment Energie & Ressources reste très faible, en recul de -17 % sur la période.

En Afrique, Asie, Australie, Amérique latine et Moyen-Orient, la croissance interne reste soutenue avec 12,4 %, qui s'explique par la montée en puissance des nouveaux contrats signés l'an dernier dans le segment Energie & Ressources. La croissance des Services aux Entreprises demeure également vigoureuse, en raison de l'extension des contrats avec des clients existants et du démarrage de contrats significatifs avec de nouveaux clients.

Santé & Séniors

Chiffre d'affaires par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne
Amérique du Nord 1 483 1 658 -1,6 %
Europe 746 729 -0,2 %
Afrique, Asie, Australie, Amérique latine, Moyen-Orient 130 114 16,6 %[1]
Santé & Séniors 2 359 2 500 -0,1 %

Le chiffre d'affaires du segment Santé & Séniors atteint 2,4 milliards d'euros, soit un niveau quasiment stable par rapport au précédent exercice.

La croissance interne en Amérique du Nord est à -1,6 % en raison de l'absence de nouveaux contrats et de la faiblesse de la croissance des ventes sur sites existants depuis le début de l'exercice. En revanche, la fidélisation des clients demeure solide.

Le chiffre d'affaires en Europe est stable. Les contrats remportés au Royaume-Unis ne permettent pas de compenser les pertes de contrats ailleurs dans la région. Toutefois, la fidélisation des clients reste à un niveau élevé et la croissance des ventes sur sites existants est satisfaisante.

En Afrique, Asie, Australie, Amérique latine et Moyen-Orient, la croissance est particulièrement forte, à 16,6 %1 grâce à de nombreux démarrages de contrats au Brésil et à une progression soutenue des ventes sur sites existants en Asie et au Brésil.

Éducation

Chiffre d'affaires par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne
Amérique du Nord 1 696 1 953 -4,1 %
Europe 488 494 2,7 %
Afrique, Asie, Australie, Amérique latine, Moyen-Orient 43 37 15,8 %[2]
Éducation 2 228 2 483 -2,7 %

Dans le segment Éducation, le chiffre d'affaires du premier semestre de l'exercice 2017-2018 atteint 2,2 milliards d'euros, en recul de -2,7 %, en raison notamment du faible taux de fidélisation de l'exercice précédent et de l'impact négatif de la 53e semaine d'un jour en Amérique du Nord.

En Amérique du Nord, le recul de -4,1 % du chiffre d'affaires s'explique par un faible taux de fidélisation dans les Universités au précédent exercice et par un effet calendaire négatif d'un jour au cours du premier semestre 2017-2018 dans les Écoles et les Universités. La croissance sur sites existants reste constante tant dans les Écoles que dans les Universités. Même si la saison commerciale ne fait que commencer, le taux de fidélisation dans les Universités à la clôture du premier semestre est supérieur à celui atteint à la même période du précédent exercice.

En Europe, la croissance interne est de 2,7 %. Le Royaume-Uni bénéficie des nouveaux contrats signés l'an dernier. Le sud de l'Europe connaît une bonne croissance des ventes sur sites existants, notamment grâce à un impact calendaire positif de deux jours en France et en Italie.

En Afrique, Asie, Australie, Amérique latine et Moyen-Orient, la croissance interne reste forte à 15,8 %1 avec la montée en puissance de plusieurs nouveaux contrats pour des écoles en Chine, à Singapour et en Inde.

Services sur Site par région

Chiffre d'affaires par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne
Amérique du Nord 4 438 4 821 -1,5 %
Europe 3 872 3 834 1,2 %
Afrique, Asie, Australie, Amérique latine, Moyen-Orient 1 572 1 524 12,8 %
Services sur Site 9 882 10 179 1,6 %

Hors Amérique du Nord, la croissance interne atteint 4,4 %.

Services Avantages & Récompenses

Le chiffre d'affaires de la division Services Avantages & Récompenses s'élève à 413 millions d'euros, en repli de -9,6 %. L'effet de change a contribué à cette baisse à hauteur de -7,3 %, principalement en raison de la faiblesse du réal brésilien. La cession de Vivabox aux États-Unis (au dernier trimestre de l'exercice 2016-2017) a également pesé sur le chiffre d'affaires en raison de sa forte saisonnalité au premier trimestre. L'impact net des cessions est de -5,1 %. En conséquence, la croissance interne du chiffre d'affaires atteint 2,9 %, contre 5,6 % pour le volume total d'émission.

Volume d'émission

Volume d'émission par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne Croissance externe Effet de change Croissance totale
Europe, États-Unis et Asie 5 409 5 142 5,9 %      
Amérique latine 3 663 3 972 5,3 %    
Services Avantages & Récompenses 9 072 9 114 5,6 % 0,4 % -6,5 % -0,5 %

Chiffre d'affaires

Chiffre d'affaires par région
(en millions d'euros)
S1
2017-2018
S1
2016-2017
Croissance interne Croissance externe Effet de change Croissance totale
Europe, Asie et États-Unis 229 241 7,1 %      
Amérique latine 184 215 -2,0 %    
Services Avantages & Récompenses 413 457 2,9% -5,1 % -7,3 % -9,6 %

En Europe, Asie et États-Unis, la croissance interne du volume d'émission et du chiffre d'affaires est solide au premier semestre avec respectivement 5,9 % et 7,1 %, malgré un fort effet de base de comparaison. Cette performance s'explique par la solidité de la croissance du volume d'émission dans plusieurs pays d'Europe, notamment en Europe Centrale avec des taux de croissance à deux chiffres. L'activité en Inde a souffert du passage obligatoire du papier à la carte et de la perte d'un client important. La croissance du chiffre d'affaires a été plus forte que celle des volumes d'émission, en raison de la poursuite de la croissance des activités Incentive & Recognition, notamment au Royaume-Uni, qui ne génère pas de volume d'émission.

La croissance interne en Amérique latine est inférieure à celle des trimestres précédents. Alors que le volume d'émission poursuit sa croissance à un niveau élevé de 5,3 %, l'évolution du chiffre d'affaires devient négative à -2,0 %. Cette évolution résulte de l'environnement actuel au Brésil, où la hausse des valeurs faciales est compensée par des taux d'intérêt plus bas autour de 6.5%, et un marché très concurrentiel en raison de l'absence d'amélioration du taux de chômage. En revanche, comme au cours des trimestres précédents, la croissance reste forte au Chili et au Mexique.

Résultat d'exploitation

Le résultat d'exploitation du premier semestre 2017-2018 atteint 627 millions d'euro, en repli de -15,0 %, soit -7,4 % hors effet de change. La marge d'exploitation est de 6,1 %, en baisse de -80 points de base, ou -70 points de base hors effet du mix de devises lié notamment à la faiblesse du réal brésilien.

  • À taux de change constant, la marge s'inscrit en recul de 70 points de base. Cette baisse de la marge s'explique par :
    • Pour environ un tiers par des facteurs attendus, comme les taux d'intérêts plus faibles au Brésil, et la déconsolidation de certaines activités, plus particulièrement Vivabox dont la saisonnalité est plus forte au premier semestre.
    • Pour un autre tiers, par une détérioration en Santé et en Éducation en Amérique du Nord en raison des retards dans l'exécution des mesures d'amélioration de l'efficacité afin de compenser les prévisions de ralentissement du chiffre d'affaires. Parmi ces mesures figurent une gestion mieux optimisée des SKU et la mise en place de process d'allocation du temps de travail sur site en fonction de la demande. Malgré les progrès réalisés récemment, les délais inhérents à la mise en place de ces mesures pèseront encore sur la performance du second semestre.
    • Et enfin, par une détérioration supplémentaire en raison d'un petit nombre de contrats majeurs récents qui n'atteint pas encore les niveaux de rentabilité prévus.

Par ailleurs, les gains de productivité obtenus avec le programme Adaptation et Simplification sont en ligne avec les objectifs prévisionnels de 195 millions d'euros d'économies à réaliser sur une base annuelle, soit 45 millions d'euros de plus pour le premier semestre 2017-2018. Le programme est en bonne voie pour générer 220 millions d'euros d'économies annuelles d'ici la fin de l'exercice. Comme prévu, ces économies seront réinvesties dans nos activités pour accélérer le lancement des nouvelles offres de services, dans le digital et dans nos systèmes informatiques conformément aux présentations de novembre 2017.

Résultat d'exploitation par activité

(en millions d'euros) Résultat d'exploitation
S1
2017-2018
Variation Variation
(hors effet de change)
Marge d'exploitation
S1
2017-2018
Variation de marge Variation
de marge
(hors effet
de change)
Entreprises & Administrations 207 -7,7 % -2,2 % 3,9 % -40 pbs -40 pbs
Santé & Séniors 145 -8,7 % -1,3 % 6,1 % -20 pbs -20 pbs
Éducation 211 -16,3 % -8,9 % 9,5 % -70 pbs -60 pbs
Services sur Site 562 -11,4 % -4,6 % 5,7 % -50 pbs -50 pbs
Services Avantages
& Récompenses
124 -20,4 % -11,5 % 30,0 % -410 pbs -320 pbs
Frais de Direction Générale et éliminations intra-groupe (59) 13,4 %        
RÉSULTAT D'EXPLOITATION 627 -15,0 % -7,4 % 6,1 % -80 pbs -70 pbs

Hors effet de change, l'évolution du résultat d'exploitation des Services sur Site est en repli de -4,6 % et la marge d'exploitation de -50 points de base. La performance par segment est la suivante :

  • Entreprises & Administrations le résultat d'exploitation baisse de -2,2 % et la marge d'exploitation de -40 points de base en raison de la perte de certains contrats à marge élevée et de la montée en puissance plus lente que prévue d'un petit nombre de contrats majeurs récents.
  • Le résultat d'exploitation du segment Santé & Séniors recule de -1,3 % et la marge diminue de 20 points de base, à 6,1 %, comparé à un niveau de marge particulièrement élevé au premier semestre 2016-2017. Cette baisse est due à une performance plus faible que prévue de certains contrats majeurs, et au retard pris dans la mise en place du programme de rationalisation des SKU en Amérique du Nord. Ce programme devrait commencer à porter ses fruits à partir du troisième trimestre et produira pleinement ses effets au cours des 18 prochains mois.
  • Le résultat d'exploitation du segment Éducation, baisse de -8,9 % et la marge d'exploitation de -60 points de base en raison de la diminution du chiffre d'affaires en Amérique du Nord. Cette baisse est amplifiée par une forte inflation de la main d'oeuvre, et à une exécution insuffisante du programme d'amélioration des performances. La mise en place de ce programme a été une priorité durant le deuxième trimestre. Les premiers résultats sont encourageants, mais insuffisants pour compenser les difficultés du premier trimestre.

Le résultat d'exploitation des Services Avantages & Récompenses baisse de -11,5 %, hors effet de change négatif particulièrement lié à la faiblesse du réal brésilien. La marge diminue de -320 points de base, à taux de change constant. Comme prévu, environ la moitié de cette baisse reflète les investissements réalisés en diversification, et particulièrement les coûts de développement des nouvelles plateformes de gestion complète de la mobilité et des frais professionnels. L'autre moitié s'explique par la baisse des taux d'intérêt au Brésil et impacte directement le résultat d'exploitation, et les coûts d'accélération du passage à la carte notamment en Inde et en République tchèque.

Enfin, l'augmentation de 13,6 % des frais généraux est directement liée aux investissements, conformément aux présentations de novembre 2017.

Résultat net part du groupe

Les Autres produits et charges du premier semestre 2017-2018 baissent de 52 % à -73 millions d'euros, contre -153 millions d'euros au précédent exercice. Les comptes du premier semestre 2017-2018 incluent des pertes liées au changement de périmètre de consolidation, à la dépréciation de certaines immobilisations incorporelles et à des coûts supplémentaires de restructuration. Les coûts de restructuration étaient nettement plus élevés au premier semestre 2016-2017, en raison de la mise en place de la seconde partie du programme Adaptation et Simplification.

Le résultat d'exploitation du premier semestre 2017-2018 ressort donc à 554 millions d'euros, contre 586 millions d'euros pour la même période l'an dernier, en hausse de 4,1 %, hors effet de change.

Les charges financières nettes diminuent de 11 millions d'euros à 44 millions d'euros au premier semestre.

Les coûts d'emprunt nets diminuent de 3 millions d'euros à 38 millions d'euros. Le coût pondéré de la dette reste globalement stable, à 2,2 % au 28 février 2018, contre 2,4 %, au 31 août 2017. Le premier semestre 2016-2017 incluait une indemnité pour le remboursement anticipé de 11 millions d'euros. Le premier semestre 2017-2018 inclut un montant exceptionnel de 7 millions d'euros au titre des indemnités de retard lié au remboursement d'impôts sur les dividendes antérieurs.

Le taux effectif d'imposition diminue à 25,9 %, contre 32,6 % au premier semestre 2016-2017, en raison du remboursement exceptionnel de la taxe sur les dividendes antérieurs, en partie compensée par les effets de la réforme fiscale aux Etats-Unis (impact négatif sur les impôts différés actifs suite à la réduction du taux d'imposition et mise en place de la « deemed rapatriation tax »). Le taux d'impôt pour l'année est prévu à autour de 28%.

La quote-part dans les résultats des autres entreprises mises en équivalence ressort à 1 million d'euros, contre 2 millions d'euros pour l'exercice précédent. La contribution revenant aux participations ne donnant pas le contrôle s'élève à 7 millions d'euros, contre 12 millions d'euros pour le premier l'exercice précédent.

Le résultat net part du Groupe s'établit à 372 millions d'euros, en hausse de 6,9 %, soit 13,9 % hors effet de change.

Le Bénéfice Par Action (BPA) atteint 2,51 euros, en hausse de 7,9 % par rapport au précédent exercice. Le modeste effet relutif par rapport à la variation du résultat net ( 6,9 %) s'explique par la réduction de 0,9 % du nombre moyen d'actions à 148,5 millions d'actions. Ceci est le résultat du programme de rachat d'actions de l'exercice 2016-2017, partiellement compensé par une diminution des actions propres détenues pour les plans d'attribution gratuites d'actions aux salariés.

Le résultat net ajusté part du Groupe atteint 397 millions d'euros, en baisse de -13,4 %, soit -7,6 % hors effet de change, en ligne avec l'évolution de la marge d'exploitation. Il intègre l'ensemble des Autres produits et Charges et l'impact fiscal correspondant, les produits financiers liés au remboursement exceptionnel d'impôts ainsi que le solde des éléments exceptionnels de la charge d'impôt. Au cours du précédent exercice, le résultat net avait été ajusté des Autres produits et Charges et de l'indemnité de remboursement anticipé, nets d'impôts sur les résultats. Le bénéfice ajusté par action est à 2,67 euros, en baisse de -12,6 %, soit -6,8 % hors effet de change.

Situation financière du Groupe

Variation des flux de trésorerie

Les variations des flux de trésorerie sont les suivantes :

(en millions d'euros) S1 2017-2018 S1 2016-2017
Autofinancement 650 523
Variation du BFR hors variation des actifs financiers
des Services Avantages & Récompenses*
(402) (388)
Investissements opérationnels nets (123) (105)
Liquidités générées par les opérations (LGO) 125 30
Investissements financiers nets de cession


Jeudi 12 avril 2018, 07h30 - Source Globenewswire.com   LIRE LA SUITE
19h00

Michelin : Ventes nettes au 30 septembre 2018 en progrès de 3,9% à parités constantes. Révision du scenario marchés 2018, précision de la guidance ROSAC et confirmation du Free Cash-Flow structurel.

18h07

SCBSM : Résultats annuels 2017-2018 : Une décennie de profonde transformation

07h05

BLUELINEA : Chiffre d'affaires à fin septembre 2018 : + 7% / Confirmation de la dynamique de croissance

18h07

WEDIA : WEDIA - Premier Semestre 2018 - Forte progression de l'ensemble des résultats

18h02

Median technologies annonce ses résultats financiers du 1er semestre 2018 et son recentrage stratégique autour de sa plateforme d’imagerie phénomique iBiopsy®

18h06

BASTIDE : Résultats annuels 2017-2018 : Chiffre d'affaires : +32% - Résultat opérationnel courant : +44%

08h06

AGROGENERATION : Résultats du premier semestre 2018

07h02

Les failles de données ont compromis 4,5 milliards de dossiers au premier semestre 2018

07h05

BLUELINEA : Résultats semestriels 2018 : Forte amélioration de tous les indicateurs et confirmation de l'objectif de rentabilité fin 2018

19h06

ENENSYS TECHNOLOGIES : Résultats du 1er semestre 2018 - Signature d'un important contrat en Europe de plus de 2 M EUR sur ses solutions d'insertion de publicité AdsEdge

17h00

SODEXO : DECLARATION MENSUELLE DES DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL AU 30 SEPTEMBRE 2018

18h06

BARBARA BUI : RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2018

18h06

GROUPE BOGART : Résultats du 1er semestre 2018

10h04

Medasys: réduit ses pertes au premier semestre

08h05

SCBSM : Résultats annuels 2017-2018 / Nouvelle progression de tous les indicateurs de performance





Pourquoi Renault abandonne l'hybridation légère 16 oct.
Challenges.fr
Des députés veulent enrayer l'explosion du coût des contentieux 17 oct.
Challenges.fr
La cession des très sensibles câbles sous-marins de Nokia se précise 17 oct.
Challenges.fr
Nicox : point d'activité du troisième trimestre 17 oct.
Boursier.com
La CGT et les sous-traitants d'Airbus font front commun 17 oct.
Boursier.com
Alors que Hilton approche son siècle d'existence, une nouvelle recherche révèle un impact révolutionnaire 18 oct.
Businesswire.fr
Impôts : les députés font un geste pour les veuves 17 oct.
Lefigaro.fr

REAGISSEZ SUR L'ACTU DANS LES FORUMS COMBOURSE !
RECEVEZ GRATUITEMENT NOS RAPPORTS QUOTIDIEN !



Une lanceuse d'alerte s'attaque au distributeur Casino 18 oct.
Challenges.fr
L'avis des brokers sur AB Inbev, Renault et Daimler 18 oct.
Lalibre.be
Rybolovlev a bien envisagé de corrompre des juges 18 oct.
TribuneDeGeneve.ch
Distribution : les salariés de Casino se préparent à la lutte contre le plan social déguisé de Carrefour 18 oct.
Agoravox
Une étude clinique d'UCB rend sceptique le marché, celle de Bone Therapeutics est saluée (+briefing actions) 18 oct.
Lecho.be
Hebdo Bourse: la «recap» de nos conseils sur les valeurs du CAC 40 et du Next 20 18 oct.
Lefigaro.fr
Alerte sur une plate-forme de crowdlending : les épargnants vont-ils récupérer leur argent ? 18 oct.
Lesechos.fr

Top Secteurs


RECHERCHER :
RAPPORT QUOTIDIEN :


Référence client partenaire :



Communiqués Financiers :



2007 - 2018 | COMBourse.com